Transavia à MPL

Le forum sur l'aéroport de Montpellier Méditerranée
Efiss
Messages : 7
Enregistré le : mer. 10 juil. 2019, 11:02

Re: Transavia à MPL

Message par Efiss » dim. 26 juil. 2020, 13:03

même si le programme peut être effectué avec un seul avion le but est d'avoir toujours un spare possible surtout quand t'as des avions en rab autant assurer.
Transavia France c'est 40 avions. En vrais inactif ça doit donner 5/6. Ce nombre ira en réduction, le temps de finir de déstocker (ou faire les inspections demandées). https://www.airfleets.fr/flottecie/Tran ... France.htm

Les B738 Transavia sont des faux basés. Il essaye de les faire tourner toutes les semaines voir au max tous les 15 jours. Ce qui permet de passer check et autre intervention plus conséquente.

Clm
B747
Messages : 891
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 09:00

Re: Transavia à MPL

Message par Clm » sam. 8 août 2020, 21:20

benjboubou a écrit :
mar. 14 juil. 2020, 23:07
Ça y est, c'est historique. Nous avons enfin accueilli à 23:05 notre premier avion basé. Une première depuis 16 ans.

Le deuxième boeing sera reçu jeudi soir.

Je souhaite une belle et longue vie à cette base Transavia.
Je ne m'inquiète pas trop pour cette base dont les destinations quasi exclusivement VFR ou touristiques exports ne présentent aucun risque particulier.

Par contre si l'aéroport a payé cher pour cette base et pour envoyer des gens en vacances et/ou chez les parents/amis, pour un impact nul sur le territoire, il y a de quoi se poser des questions sur ce qui est fait des impôts des habitants de la région...

Tout le monde s'extasie sur TO à MPL mais, hormis faire du volume de trafic, un tel développement n'apporte pas grand chose au territoire et contribue largement à plomber l'impact environnemental du transport aérien.

Rwandair Express
A380
Messages : 4102
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Transavia à MPL

Message par Rwandair Express » sam. 8 août 2020, 22:42

Je suis surement un peu parano, mais je demande, si votre raisonnement ne vient pas (un peu) du faites Toulouse aurait pu être une base de Transavia France (il y avait des rumeurs dans la presse), et que l'on digère mal que la compagnie vienne s'implanter à Montpellier. Dans un sens, je peux comprendre. On a vu des discussions, entre forumiste de 2 aéroports différents (dans l'Ouest et l'Est de La France^^), sous fond de jalousie (si j'ai moins de vols sur xxx, c'est parce qu'ils ont ouvert une ligne chez toi. Et toi tu nous as piqué cette compagnie, etc...). Ca n'est que mon avis, je me trompe surement dans mon raisonnement.

Tout a été dit. L'aéroport et Transavia sont conscient de la prise de risque, de lancer une base, comme pour n'importe quelle compagnie, sur n'importe quel aéroport. On a vu des échecs:

Vueling à Zurich, à Rome, à Toulouse, à CDG (premier essai)
EasyJet, à Madrid, à Rome, à Hambourg


Transavia n'a jamais non plus vraiment caché, que son but principal est de faire du VFR, vu que les quelques destinations biz, sont déjà desservis par d'autres compagnies à Montpellier: Paris, Amsterdam, Londres ou Nantes. A la limite Madrid et Rome pourraient rentrer dans la catégorie Business. De plus, vu que le groupe AF souffre en en province, TVF souhaitait surement barrer la route à un possible concurrent, qui aurait pu venir, à moyen terme (avant la crise du covid19). Le nom de Volotea revenait souvent. Mais on aurait pu avoir une autre compagnie.

De plus je vais le répéter, mais le manque à gagner de pax qui partent sur Toulouse et Marseille est de 1 300 000 par an. Ce qui équivaut, avant la crise du covid19, au trafic annuel d'un aéroport comme Strasbourg. Et je doute que ces 1 300 000 pax vont à Toulouse et Marseille par plaisir (il y a qu'à lire les commentaires, sur les réseaux sociaux). MPL ne pouvait pas continuer être un "important" fournisseur de Marseille ou Toulouse. Pour cela, il faut évidement prendre des risques.

Si Transavia se plante, à ce moment là, vous aurez raison. Si TVF s'en sort (et dieu sait ça ne sera pas facile avec cette crise), à ce moment là compagnie et l'aéroport auront réussi leur paris. Ca me fait penser à Frèche qui avait réussi à faire venir IBM, à Montpellier, dans les années 60, au nez et à la barbe de Grenoble, Nice et Toulouse. Montpellier a toujours du prendre des risques, dans tous les domaines, pour exister entre Toulouse et Marseille et ça depuis plus de 50 ans

benjboubou
B777
Messages : 326
Enregistré le : mer. 16 oct. 2019, 17:52
Localisation : Montpellier

Re: Transavia à MPL

Message par benjboubou » dim. 9 août 2020, 01:15

-
Modifié en dernier par benjboubou le dim. 9 août 2020, 01:23, modifié 2 fois.

benjboubou
B777
Messages : 326
Enregistré le : mer. 16 oct. 2019, 17:52
Localisation : Montpellier

Re: Transavia à MPL

Message par benjboubou » dim. 9 août 2020, 01:22

Tout à fait. Je rejoins le raisonnement de Giovanni le but de la manœuvre était surtout de ramener les montpelliérains sur LEUR aéroport.

Même si au fond la réflexion de Clm est bien réelle, oui on est d’accord mais à un moment il faut quand même se dire que cette base était belle et bien nécessaire.
On ne pouvait plus continuer sans une Espagne entière, une Italie entière, un Portugal entier, une Tunisie etc...etc... un aéroport comme le nôtre à l’heure l’actuelle sans ces destinations c’était plus possible. Transavia a bien du repérer ce gros vide qui excusez moi mais n’est pas tellement présent du côté de Toulouse ou de Marseille donc ça va je pense qu’on ne va pas non plus culpabiliser d’avoir décroché ces deux avions basés. C’était un réel besoin, pas un caprice.

Clm
B747
Messages : 891
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 09:00

Re: Transavia à MPL

Message par Clm » dim. 9 août 2020, 08:30

Rwandair Express a écrit :
sam. 8 août 2020, 22:42
Je suis surement un peu parano, mais je demande, si votre raisonnement ne vient pas (un peu) du faites Toulouse aurait pu être une base de Transavia France (il y avait des rumeurs dans la presse), et que l'on digère mal que la compagnie vienne s'implanter à Montpellier. Dans un sens, je peux comprendre. On a vu des discussions, entre forumiste de 2 aéroports différents (dans l'Ouest et l'Est de La France^^), sous fond de jalousie (si j'ai moins de vols sur xxx, c'est parce qu'ils ont ouvert une ligne chez toi. Et toi tu nous as piqué cette compagnie, etc...). Ca n'est que mon avis, je me trompe surement dans mon raisonnement.

Tout a été dit. L'aéroport et Transavia sont conscient de la prise de risque, de lancer une base, comme pour n'importe quelle compagnie, sur n'importe quel aéroport. On a vu des échecs:

Vueling à Zurich, à Rome, à Toulouse, à CDG (premier essai)
EasyJet, à Madrid, à Rome, à Hambourg


Transavia n'a jamais non plus vraiment caché, que son but principal est de faire du VFR, vu que les quelques destinations biz, sont déjà desservis par d'autres compagnies à Montpellier: Paris, Amsterdam, Londres ou Nantes. A la limite Madrid et Rome pourraient rentrer dans la catégorie Business. De plus, vu que le groupe AF souffre en en province, TVF souhaitait surement barrer la route à un possible concurrent, qui aurait pu venir, à moyen terme (avant la crise du covid19). Le nom de Volotea revenait souvent. Mais on aurait pu avoir une autre compagnie.

De plus je vais le répéter, mais le manque à gagner de pax qui partent sur Toulouse et Marseille est de 1 300 000 par an. Ce qui équivaut, avant la crise du covid19, au trafic annuel d'un aéroport comme Strasbourg. Et je doute que ces 1 300 000 pax vont à Toulouse et Marseille par plaisir (il y a qu'à lire les commentaires, sur les réseaux sociaux). MPL ne pouvait pas continuer être un "important" fournisseur de Marseille ou Toulouse. Pour cela, il faut évidement prendre des risques.

Si Transavia se plante, à ce moment là, vous aurez raison. Si TVF s'en sort (et dieu sait ça ne sera pas facile avec cette crise), à ce moment là compagnie et l'aéroport auront réussi leur paris. Ca me fait penser à Frèche qui avait réussi à faire venir IBM, à Montpellier, dans les années 60, au nez et à la barbe de Grenoble, Nice et Toulouse. Montpellier a toujours du prendre des risques, dans tous les domaines, pour exister entre Toulouse et Marseille et ça depuis plus de 50 ans
Ahahaha non, je vous rassure :-). Je ne participe pas aux guerres stériles de chapelles façon intervilles. Chaque territoire peut développer son accessibilité en réalité et, hormis pour des motifs loisirs et des très (trop ?) bas tarifs, les aires de chalandise peuvent rester raisonnables.

Il est évident qu'il y aura une demande pour ce type de trafic, surtout à bas tarifs. Néanmoins :

- je ne connais pas parfaitement les indicateurs socio-économiques clés du territoire. J'avais cru comprendre qu'ils n'étaient pas fabuleux (revenu médian, taux de chômage, etc.). Sont-ils compatibles avec une bonne consommation de transport aérien à l'export ? Le bas tarif aidera à stimuler la demande, mais jusqu'où ? Ça peut expliquer la stratégie low-cost loisirs/ethniques si les fondamentaux socioéconomiques sont ceux d'une ville du nord de l'Angleterre.

- beaucoup de destinations sont « soleil », d'autres ethniques. Pour les secondes je ne m'inquiète pas pour leur succès si les communautés ethniques sont présentes dans la région. Pour les premières, c'est moins évident, particulièrement si une part importante des habitants de la région reçoit chez soi pendant les vacances d'été pour profiter du climat et du littoral. Les lignes pourraient davantage fonctionner sur les « shoulders » de la saison IATA d'été.

Ce n'est pas tant une question de risques qu'une question d'orientation stratégique de l'aéroport que je questionne.

Il s'agit d'aller chercher du volume de trafic, de la croissance qui apportera certes du confort pour les loisirs de habitants de la région (proximité, bas prix), un peu de rétention résidentielle locale potentielle et rien d'autre.

Combien l'aéroport, la collectivité ont-ils mis sur la table pour envoyer leurs habitants en vacances ? Une stratégie de volume façon supermarché est-elle vraiment dans l'ère du temps ?

Une entreprise comme IBM a-t-elle une utilité à bénéficier de deux vols par semaine en saison IATA d'été pour une destination touristique ?

Les aéroports sont partis dans une course au volume qui me rappelle la folie concurrentielle des supermarchés et des hypermarchés dans la grande distribution au cours des années 80/90. On s'est rendu compte vingt ans plus tard, que c'était un modèle de développement très mauvais pour l'environnement et plutôt malsain pour la société.

Posons-nous la même question pour les weekends soleil à 75€ aller-retour, particulièrement si de l'argent public est mis sur la table.

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 12884
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: Transavia à MPL

Message par Flyzen » dim. 9 août 2020, 17:39

Je crois qu'a MPL il va falloir, en fait comme PARTOUT, revoir les projets de développement pour les années à venir, et ne pas raisonner comme avant. Et je ne suis plus du tout certain que pour une collectivité territoriale favoriser la venue / le maintien d'une Cie sur une plateforme aéroportuaire reste une priorité, ou mm un simple besoin, comme cela a pu l'être avant !
Croyez vous que l'on va pouvoir distribuer des € pour, comme évoqué ci dessus..." les weekends soleil à 75€ aller-retour particulièrement si de l'argent public est mis sur la table " alors que l'on a surement, la aussi comme partout des besoins a Montpellier, de revoir les structures hospitalières et autres relatives a la sécurité civile et donc sortir pas mal d'€€€

Pour ce qui est des vols essentiellement VFR, les Cies, très souvent fortement liées aux TO, pourraient bien se voir obligées de regrouper une grande région sur un seul aéroport ( c'est du déjà vu mm sans crise sanitaire) et la MRS prendrait certainement le dessus

L'OMS vient de tirer la sonnette d'alarme disant que l'on est parti pour une décennie ou + de récession économique, exhortant a changer certaines de nos habitudes et ne pas continuer a faire comme AVANT

A méditer mais on pourrait voir se pointer des mesures drastiques en matière d' "aides au transport aérien" et c'est très facile a mettre en place !
Michel

vincent44
CRJ-700
Messages : 90
Enregistré le : dim. 26 avr. 2020, 22:35

Re: Transavia à MPL

Message par vincent44 » dim. 9 août 2020, 19:58

Vous avez des sources pour affirmer que Transavia aurait reçu des valises de billets pour ouvrir sa base à MPL?

Il me semble que ça marche plutôt par ristournes, par exemple sur les frais de parkings des avions.
Pour ce qui est des réductions de taxes sur les nouvelles lignes, il me semble que c'est en vigueur partout.

Il y'a donc un manque à gagner, mais pas de dépenses. Le gestionnaire ce rattrape sur les parkings, les commerces...

Je ne pense pas que TO est ouvert une base à MPL plutôt qu'à TLS car la valise de billets de MPL était plus grosse. Comme dit plut haut, il y'avait un vide à MPL alors que les autres villes ont déjà des bases Easyjet/Ryanair/Volotea...

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 12884
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: Transavia à MPL

Message par Flyzen » dim. 9 août 2020, 20:25

vincent44 a écrit :
dim. 9 août 2020, 19:58
Pour ce qui est des réductions de taxes sur les nouvelles lignes, il me semble que c'est en vigueur partout. .
pour les créations de lignes ...pas applicable aux lignes saisonnières
Michel

Rwandair Express
A380
Messages : 4102
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Transavia à MPL

Message par Rwandair Express » dim. 9 août 2020, 20:58

Clm a écrit :
dim. 9 août 2020, 08:30


Ahahaha non, je vous rassure :-). Je ne participe pas aux guerres stériles de chapelles façon intervilles. Chaque territoire peut développer son accessibilité en réalité et, hormis pour des motifs loisirs et des très (trop ?) bas tarifs, les aires de chalandise peuvent rester raisonnables.

Il est évident qu'il y aura une demande pour ce type de trafic, surtout à bas tarifs. Néanmoins :

- je ne connais pas parfaitement les indicateurs socio-économiques clés du territoire. J'avais cru comprendre qu'ils n'étaient pas fabuleux (revenu médian, taux de chômage, etc.). Sont-ils compatibles avec une bonne consommation de transport aérien à l'export ? Le bas tarif aidera à stimuler la demande, mais jusqu'où ? Ça peut expliquer la stratégie low-cost loisirs/ethniques si les fondamentaux socioéconomiques sont ceux d'une ville du nord de l'Angleterre.

- beaucoup de destinations sont « soleil », d'autres ethniques. Pour les secondes je ne m'inquiète pas pour leur succès si les communautés ethniques sont présentes dans la région. Pour les premières, c'est moins évident, particulièrement si une part importante des habitants de la région reçoit chez soi pendant les vacances d'été pour profiter du climat et du littoral. Les lignes pourraient davantage fonctionner sur les « shoulders » de la saison IATA d'été.

Ce n'est pas tant une question de risques qu'une question d'orientation stratégique de l'aéroport que je questionne.

Il s'agit d'aller chercher du volume de trafic, de la croissance qui apportera certes du confort pour les loisirs de habitants de la région (proximité, bas prix), un peu de rétention résidentielle locale potentielle et rien d'autre.

Combien l'aéroport, la collectivité ont-ils mis sur la table pour envoyer leurs habitants en vacances ? Une stratégie de volume façon supermarché est-elle vraiment dans l'ère du temps ?

Une entreprise comme IBM a-t-elle une utilité à bénéficier de deux vols par semaine en saison IATA d'été pour une destination touristique ?

Les aéroports sont partis dans une course au volume qui me rappelle la folie concurrentielle des supermarchés et des hypermarchés dans la grande distribution au cours des années 80/90. On s'est rendu compte vingt ans plus tard, que c'était un modèle de développement très mauvais pour l'environnement et plutôt malsain pour la société.

Posons-nous la même question pour les weekends soleil à 75€ aller-retour, particulièrement si de l'argent public est mis sur la table.
Ce que vous dites, là, le directeur de l'aéroport de Montpellier l'a toujours dit. Il a toujours dit, que MPL traine certains handicaps, ce qui fait qu'il est parfois compliqué de remplir des lignes (il avait cité le cas de la ligne sur Rome avec Alitalia ou de Munich avec Volotea).

Il a aussi dit que tous ces handicaps font que des compagnies vont privilégier Toulouse et Marseille, avant d'arriver sur Montpellier. Ou carrément, quand à MPL, ils démarchent une compagnie, une des premières questions que les compagnies leur posent est.... A combien de km se situe Marseille et Toulouse.

Je prends l'exemple d'EasyJet qui est venu tardivement sur MPL et encore, c'est parce qu'ils ont récupéré la ligne Gatwick MPL, de GB Airways.

Le développement, sur les 5-6 première années a été faible, surement pour tâter le terrain. Puis à partir de 2015, on était quasiment à une ouverture de lignes chaque année. A part Air Littoral (et encore), je n'ai pas le souvenir que l'on ait eu une compagnie, avec ce rendement. Seul Rome et CDG ont fermé. Et encore pour Rome, c'est du à la fermeture de la base.

Je pourrais aussi donner l'exemple du Maghreb. Il y a 15 ans, les capacités étaient quasi inexistantes. On se contentait d'un vol par semaine, sur Alger, Oran et Casablanca, pendant 4 mois dans l'année. Quand on regarde en 2020, les capacités que l'on a, on fait un gros bond. Le gros coup c'est d'avoir récupérer Air Arabia Maroc, qui était de parti de Marseille et Paris CDG. MPL est actuellement la plus grosse escale en France, de la compagnie.

EasyJet ou Air Arabia ne sont clairement pas des compagnies qui viennent faire saigner les aéroports. Et je n'ai rien entendu de cela, au sujet de TVF.

L'aéroport ne s'est pas caché, que pour faire venir Air Arabia Maroc, il a mit la main poche, en utilisant ses fonds propres (donc pas d'histoires de contribuables)

" Air Arabia, c’est le premier partenariat où la société a investi sur ses fonds propres pour accélérer son développement. »"https://ecomnewsmed.com/2019/09/12/air- ... en-france/

Donc on peut imaginer un partenariat de la sorte avec Transavia. Tout cela n'est pas l’œuvre du hasard. Il y a aussi la logique de marché. Car oui Montpellier a de gros défauts, mais a aussi des atouts:

Un taux démographique parmi les plus élevés (7eme de ville de France). Je rappelle que la ville est passée devant Lille en 1975, Strasbourg (en 2017) et Bordeaux (en 1999). Certes la population intra muros, n'est pas la seule donnée à prendre, en compte, mais ça montre aussi le dynamisme de la ville https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des ... pl%C3%A9es

une population étudiant, parmi les plus importantes de France

Une terre d'innovation

Etc... https://www.entreprendre-montpellier.co ... ontpellier


Pour la suite on verra bien. J'ai dis ici que j'étais surpris que TVF ouvre quand même "officieusement" sa base, vu le contexte. Maintenant, on verra bien le résultat. A l'instar de TVF, toutes les compagnies qui viennent à MPL, font des études de marchés et dissèquent tous les chiffres, qui leur permettront de savoir, si ça vaut le coup de venir. Et à moins que TVF disait du pipeau dans la presse, ils disaient bien qu'avant la crise du Covid19, la compagnie était déjà satisfaite des résultats. Là effectivement, on est plus dans le même contexte.

Si les compagnies se plantent, comme Lufthansa ou Brussels Airlines, dommage. Si les compagnies réussissent, comme EasyJet ou Volotea, alors là tant mieux

Air Littoral avait son siège à 34km de Marseille (au Castelet), a effectué son tout premier vol à Nice, mais est venu s’installer à Montpellier, au début de la crise pétrolière (certes moins violente que celle du covid19). Montpellier à l'époque c’était 72 000 pax par an.

Après je pourrais dire, pourquoi Air Canada a choisi Bordeaux, avant Toulouse, ce qui a d'ailleurs déclenché un débat passionné entre Bordelais et Toulousains

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 12884
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: Transavia à MPL

Message par Flyzen » lun. 10 août 2020, 09:21

Faut arrêter toutes prédictions,pronostics, supputations ...basés sur avant au risque d'avoir de grosses déceptions
Comme évoqué sur message Easyjet, sept et oct vont être une période charnière sur la situation sanitaire en Europe donc attendre nov /dec pour essayer de "prévoir" un avenir
Pour mémoire l'OMS parle, au moins, d'une décennie de récession a venir donc pas sur que le transport aérien soit au sommet de la reprise
Michel

Gosselies
A380
Messages : 1804
Enregistré le : jeu. 7 avr. 2016, 16:21

Re: Transavia à MPL

Message par Gosselies » lun. 10 août 2020, 09:29

Flyzen a écrit :
lun. 10 août 2020, 09:21
Pour mémoire l'OMS parle, au moins, d'une décennie de récession a venir donc pas sur que le transport aérien soit au sommet de la reprise
L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé, je rappelle) se lance donc maintenant dans les prévisions économiques, domaine où elle n'a aucune compétence ni autorité - sans doute pour tenter de faire oublier son fiasco total dans le domaine où elle devrait agir en priorité, à savoir la crise sanitaire du coronavirus.

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 12884
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: Transavia à MPL

Message par Flyzen » lun. 10 août 2020, 11:33

Comme expert en yakafokon tu brilles ...au début PERSONNE ne savait ce qu'il en était vraiment, mm pas sur que les chinois aient dès le début pris l'ampleur du phénomène avec un virus inconnu ! et pour reprendre les propos de quelqu'un de proche dans a bossé le domaine de la biologique il faut des semaines ou mm des mois pour détecter et surtout identifier un nouveau virus ... sauf bien sur dans les médias yakafokon

Après coté économique désolé mais l'OMS a son mot a dire ... c'est un domaine entièrement lié a la situation sanitaire et si demain l'OMS recommande de suspendre, ou ramener à l'essentiel comme pendant le confinement, tout trafic aérien sur que l'IATA et l'OACI suivront les recommandations de l'OMS, on voit déjà que certaines Cies et elles sont nombreuses sont en train de passer pour le "après rush estival" en mode mini programme
Michel

Rwandair Express
A380
Messages : 4102
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Transavia à MPL

Message par Rwandair Express » lun. 10 août 2020, 17:40

Pour en revenir au sujet de TVF et aux remarques de Clm, je ressors cette interview du directeur de l'aéroport de Montpellier, qui certes date d'avant la crise du covid19. Mais il est assez lucide, quand aux problèmes que rencontre MPL. Évidement, au vu de la crise actuelle, certaines remarques n'ont quasiment plus de valeur. Et on est en mode "on ne sait pas de quoi demain sera fait" et espérons que tout ne se casse pas la gueule.

Mais je trouve l'analyse pertinente.

Je vais faire un peu de cueillette de cerise

"Pour des raisons diverses, l’aéroport de Montpellier n’avait pu se développer ces deux dernières décennies comme la croissance de l’aérien et de notre territoire l’auraient permis".

"MPL Airport, en charge de la gestion de l’aéroport Montpellier Méditerranée, porte seul cet investissement de 15,5 M€. Investissement qui s’imposait si l’on plaçait cet aéroport dans une dynamique de croissance, car notre limite capacitaire oscillait autour de 2 millions de passagers… et nous y sommes! Désormais, nous pouvons monter jusqu’à 2,5 millions de voyageurs, ce qui signifie qu’il nous faut gagner au plus tôt ce demi-million de clients supplémentaires."

"Sur le plan extra-aéronautique également, nous sommes heureux que le développement arrive à son terme. En 2022, nous n’aurons plus une seule parcelle à commercialiser. Les gains générés par ces activités sont réinvestis dans le développement de l’aérien. Et puis, en 4 ans, grâce à l’arrivée de ces nouvelles entreprises du tertiaire dans les immeubles qui se construisent, nous aurons réussi à plus que doubler le nombre de salariés accueillis chaque jour sur la plateforme aéroportuaire, en passant de 1600 à 3400. Dans cette région tellement frappée par le chômage ces créations d’emplois sont essentielles.

"Pendant que nous avons conquis 500 000 passagers, Marseille ou Toulouse en gagnaient 2 millions ! Petite précision, pour que l’on comprenne bien : si un avion atterrit à Marseille-Provence, nous aurons beaucoup moins de chance de voir ses passagers venir visiter le Pont du Gard, la place de la Comédie ou la Cité de Carcassonne, que s’il atterrit à Montpellier. C’est la même chose pour les entreprises ou les investisseurs : peut-on s’implanter et se développer de la même façon dans une métropole dotée d’un aéroport performant ou sur un territoire qui en est privé ? D’évidence, non !"

"Nous sommes condamnés à basculer dans un vrai cercle vertueux : plus nous aurons de trafic, plus nous serons compétitifs ; plus nous serons compétitifs et plus nous ouvrirons de destinations et mieux nous servirons note territoire. Car un aéroport n’existe pas pour lui-même, mais il existe pour une aire urbaine, sa population et ses entreprises. Et puis l’aéroport Montpellier Méditerranée peut devenir le plus beau et le plus fonctionnel du monde, il n’est qu’un outil. Un outil majeur, mais au service du territoire qu’il dessert. On ne va nulle part dans le monde pour l’aéroport où l’on atterrit, mais pour la ville et la région qu’il dessert. Sur ce plan, nous avons énormément d’actions nouvelles à entreprendre."

"En France, Montpellier et sa région disposent d’une incroyable notoriété. Au-delà de nos frontières, c’est beaucoup plus compliqué… Lorsque l’aéroport Montpellier Méditerranée, comme 450 autres aéroports européens, participe à des salons professionnels internationaux, au Royaume-Uni, en Scandinavie ou en Europe de l’Est, on nous demande trop souvent où se trouve Montpellier et ce qui définit notre région."

Lorsqu’on répond à un tour operator ou une compagnie aérienne que nous sommes situés dans le sud de la France, au bord de la Méditerranée, immanquablement on nous demande alors: « Mais, où êtes-vous par rapport à Marseille? ».

"Sur ces questions communes de flux entrants, nous avons réussi à constituer voici 3 ans un groupe de travail qui réunit régulièrement les responsables et animateurs d’une douzaine de structures : les Offices de Tourisme, les Agences Départementales de Tourisme de l’Hérault et du Gard, le Comité Régional du Tourisme ou des établissements aussi importants que celui qui gère le Pont du Gard. Nous sommes heureux que des plans d’action concertés aient vu le jour, mais nous devons désormais changer de braquet."

C’est bien d’assurer une présence à un workshop organisé à Séoul ou Pékin, à Mumbai ou Tokyo. Mais il serait vital et fécond de travailler toutes ces régions du monde qui sont à 2, 3 ou 5 heures d’avion et déjà reliées en direct à Montpellier ou qui peuvent l’être prochainement.


"Je le souligne : l’aéroport Montpellier Méditerranée ne demande pas d’argent public, il porte seul ses investissements et assure seul le partage du risque financier avec les compagnies pendant l’amorçage d’une ligne. "


"Je l’ai dit : l‘aéroport s’est préparé à cette croissance et a même déjà envisagé une seconde tranche d’extension pour repousser à nouveau ses capacités, soit un futur investissement de 50 M€. Toutes les études montrent que les retombées économiques d’un aéroport sur son territoire sont colossales, je parle de milliers d’emplois et de centaines de millions de dépenses visiteurs. Nous jouons gros, très gros, et devons donc jouer collectif."

https://actu.fr/occitanie/montpellier_3 ... 83025.html

Clm
B747
Messages : 891
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 09:00

Re: Transavia à MPL

Message par Clm » lun. 10 août 2020, 19:08

Rwandair Express a écrit :
lun. 10 août 2020, 17:40
Pour en revenir au sujet de TVF et aux remarques de Clm, je ressors cette interview du directeur de l'aéroport de Montpellier, qui certes date d'avant la crise du covid19. Mais il est assez lucide, quand aux problèmes que rencontre MPL. Évidement, au vu de la crise actuelle, certaines remarques n'ont quasiment plus de valeur. Et on est en mode "on ne sait pas de quoi demain sera fait" et espérons que tout ne se casse pas la gueule.

Mais je trouve l'analyse pertinente.

Je vais faire un peu de cueillette de cerise

"Pour des raisons diverses, l’aéroport de Montpellier n’avait pu se développer ces deux dernières décennies comme la croissance de l’aérien et de notre territoire l’auraient permis".

"MPL Airport, en charge de la gestion de l’aéroport Montpellier Méditerranée, porte seul cet investissement de 15,5 M€. Investissement qui s’imposait si l’on plaçait cet aéroport dans une dynamique de croissance, car notre limite capacitaire oscillait autour de 2 millions de passagers… et nous y sommes! Désormais, nous pouvons monter jusqu’à 2,5 millions de voyageurs, ce qui signifie qu’il nous faut gagner au plus tôt ce demi-million de clients supplémentaires."

"Sur le plan extra-aéronautique également, nous sommes heureux que le développement arrive à son terme. En 2022, nous n’aurons plus une seule parcelle à commercialiser. Les gains générés par ces activités sont réinvestis dans le développement de l’aérien. Et puis, en 4 ans, grâce à l’arrivée de ces nouvelles entreprises du tertiaire dans les immeubles qui se construisent, nous aurons réussi à plus que doubler le nombre de salariés accueillis chaque jour sur la plateforme aéroportuaire, en passant de 1600 à 3400. Dans cette région tellement frappée par le chômage ces créations d’emplois sont essentielles.

"Pendant que nous avons conquis 500 000 passagers, Marseille ou Toulouse en gagnaient 2 millions ! Petite précision, pour que l’on comprenne bien : si un avion atterrit à Marseille-Provence, nous aurons beaucoup moins de chance de voir ses passagers venir visiter le Pont du Gard, la place de la Comédie ou la Cité de Carcassonne, que s’il atterrit à Montpellier. C’est la même chose pour les entreprises ou les investisseurs : peut-on s’implanter et se développer de la même façon dans une métropole dotée d’un aéroport performant ou sur un territoire qui en est privé ? D’évidence, non !"

"Nous sommes condamnés à basculer dans un vrai cercle vertueux : plus nous aurons de trafic, plus nous serons compétitifs ; plus nous serons compétitifs et plus nous ouvrirons de destinations et mieux nous servirons note territoire. Car un aéroport n’existe pas pour lui-même, mais il existe pour une aire urbaine, sa population et ses entreprises. Et puis l’aéroport Montpellier Méditerranée peut devenir le plus beau et le plus fonctionnel du monde, il n’est qu’un outil. Un outil majeur, mais au service du territoire qu’il dessert. On ne va nulle part dans le monde pour l’aéroport où l’on atterrit, mais pour la ville et la région qu’il dessert. Sur ce plan, nous avons énormément d’actions nouvelles à entreprendre."

"En France, Montpellier et sa région disposent d’une incroyable notoriété. Au-delà de nos frontières, c’est beaucoup plus compliqué… Lorsque l’aéroport Montpellier Méditerranée, comme 450 autres aéroports européens, participe à des salons professionnels internationaux, au Royaume-Uni, en Scandinavie ou en Europe de l’Est, on nous demande trop souvent où se trouve Montpellier et ce qui définit notre région."

Lorsqu’on répond à un tour operator ou une compagnie aérienne que nous sommes situés dans le sud de la France, au bord de la Méditerranée, immanquablement on nous demande alors: « Mais, où êtes-vous par rapport à Marseille? ».

"Sur ces questions communes de flux entrants, nous avons réussi à constituer voici 3 ans un groupe de travail qui réunit régulièrement les responsables et animateurs d’une douzaine de structures : les Offices de Tourisme, les Agences Départementales de Tourisme de l’Hérault et du Gard, le Comité Régional du Tourisme ou des établissements aussi importants que celui qui gère le Pont du Gard. Nous sommes heureux que des plans d’action concertés aient vu le jour, mais nous devons désormais changer de braquet."

C’est bien d’assurer une présence à un workshop organisé à Séoul ou Pékin, à Mumbai ou Tokyo. Mais il serait vital et fécond de travailler toutes ces régions du monde qui sont à 2, 3 ou 5 heures d’avion et déjà reliées en direct à Montpellier ou qui peuvent l’être prochainement.


"Je le souligne : l’aéroport Montpellier Méditerranée ne demande pas d’argent public, il porte seul ses investissements et assure seul le partage du risque financier avec les compagnies pendant l’amorçage d’une ligne. "


"Je l’ai dit : l‘aéroport s’est préparé à cette croissance et a même déjà envisagé une seconde tranche d’extension pour repousser à nouveau ses capacités, soit un futur investissement de 50 M€. Toutes les études montrent que les retombées économiques d’un aéroport sur son territoire sont colossales, je parle de milliers d’emplois et de centaines de millions de dépenses visiteurs. Nous jouons gros, très gros, et devons donc jouer collectif."

https://actu.fr/occitanie/montpellier_3 ... 83025.html
Merci pour cette interview très intéressante ! Elle traduit plutôt bien le sens de mon propos qui entend remettre en cause ce dogme un peu aveugle de la croissance. Il n'est évidemment pas spécifique au transport aérien, bien que cette approche soit arrivée tardivement (on se laissait un peu porter avant...). Quand je vois cette course au trafic et à l'ouverture de bases des grands aéroports régionaux, je suis un peu dépité par le manque de vision des directeurs desdits aéroports qui se contentent d'essayer de produire le plus de passagers possible, comme on produit des t-shirts dans une usine au Bangladesh.

Faire du volume n'est pas si compliqué si on bénéficie d'une bonne chalandise (en population) et d'un net cost par passager attractif. Remplir des avions à 50€ l'aller-simple pour aller au soleil ne présente pas de challenge très stimulant, hormis celui de massifier encore les mêmes destinations touristiques et de léguer à nos générations futures quelques tonnes supplémentaires de GES pour un apport plutôt médiocre à la société et à l'économie locale.

En terme d'éthique entrepreneuriale on touche même le fond...

Et demander à l'assitant en escale d'avoir des tracteurs électriques ou de mettre trois panneaux photovoltaïques sur le toit du terminal ne camouflera pas trop le manque de considération pour l'environnement dans ce genre de "stratégie" de route development. Je n'ose même pas appeler ça une stratégie, car la valeur ajoutée créée est in fine limitée aux emplois directs générés par le trafic additionnel (personnel au sol, personnel navigant, commerces en aérogare, etc.). Cela pourrait être drôle de donner le nombre de tonnes de CO2 dépensées pour créer un emploi supplémentaire... On pourrait se faire peur je crois.

MPL a décidé de jouer les moutons de la croissance à tout prix dix ans après les autres aéroports régionaux, alors que le Flygskam et l'urgence climatique sont en train de déborder totalement notre secteur. Plus anachronique tu meurs.

Si le seul mérite recherché par une direction d'aéroport est celui d'ouvrir une ligne et de "faire du passager", cette dernière ne vaut pas mieux qu'un supermarché discount qui doit écouler de la palette de lasagnes premier prix.

Quand je vois la tronche de la base TO à MPL avec des lignes majoritairement export touristiques ou VFR et des fréquences minuscules, je ne vois pas trop de quoi fanfaronner, hormis peut-être le fait de rapprocher des familles issues de communautés étrangères à la France.

Pour le reste, on est plus dans le fast food que dans la consommation éthique.

Clm
B747
Messages : 891
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 09:00

Re: Transavia à MPL

Message par Clm » lun. 10 août 2020, 20:33

Le guide tarifaire de l'aéroport précise les aides aux nouvelles lignes https://www.montpellier.aeroport.fr/fil ... 4-2019.pdf

80% d’abattement sur la redevance atterrissage, passager, balisage pour l’année 1
60% d’abattement sur la redevance atterrissage, passager, balisage pour l’année 2
10% d’abattement sur la redevance atterrissage, passager, balisage pour l’année 3

Un abattement supplémentaire est consenti sur la redevance passagers (jusqu'à 65% de réduction supplémentaire) est consenti si la ligne ouverte génère une croissance du trafic minime (+1% ou >+2% par rapport à l'année précédente). Autant dire que la réduction est quasi systématique.

Cela signifie donc que la redevance passagers n'est presque jamais payée en année 1 par les compagnies aériennes (elle est normalement de 4,62€ ou de 9,74€ par passager départ).

Rien de bien différent des autres aéroports me direz-vous. Tout le monde fait ça voire, plus !

Malheureusement, cette course au trafic a mis les aéroports en surcompétition et permis aux compagnies aériennes (surtout low-cost) d'exiger des "incentives" toujours plus fortes. Souvent, d'autres frais cachés sont payés et certaines surfacturations pipeaux de la part des compagnies aériennes auprès des aéroports pour des "services" internet quasi inexistants (suivez mon regard) font l'objet d'enquêtes de la part de la commission européenne...

Dans l'absolu, dans une logique de croissance de trafic, ça se justifie aisément ; l'opérateur aéroportuaire essaiera de se refaire une santé sur les commerces de l'aérogare qu'il transformera en centre commercial, pour les plus grands d'entre eux.

Pourtant le surplus de ces redevances non perçues pourrait aussi permettre à l'aéroport d'avoir une politique de développement ambitieuse, sélective selon l'impact des lignes sur l'économie et la société locales.

Il n'en est rien hélas. On distribue de l'incentive à l'aveugle quelle que soit la ligne, y compris les plus rentables qui font du volume touristique.

C'est dommage, car le bénéfice des revenus de ces lignes pourrait être utilisés par les aéroports pour stimuler d'autres lignes peu ou pas rentables, mais vitales pour l'accessibilité du territoire (métropoles régionales françaises, hubs européens, etc.) ; une sélectivité par destination et par impact local devrait être obligatoire ; sinon on transforme nos aéroports régionaux en usines à recevoir ou envoyer du touriste.

A la place, on compte sur la collectivité et quelques millions d'Euros pour lancer d'éventuels appels d'offres d'OSP, alors que si les LCC adeptes du tourisme de masse avaient payé le prix normal du service, il aurait été inutile d'impacter les budgets publics.

Pour des 737-800 de 189 sièges et 500 000 passagers en première année, le montant des incentives à MPL pour TO représente en gros 1,5M€ juste pour les redevances aéronautiques. Je ne connais pas les ristournes et supports accordés pour l'installation de la base (loyers gratuits, etc.).

En hypothèse, je dirais que l'aéroport a mis sur la table au moins 2M€ pour ouvrir la base en année 1, quelque chose comme 1,5M€ en année 2 et 1M€ en année 3. Cela reste à vérifier bien évidemment.

Avec 2M€ on peut aussi investir dans un accès à un hub européen à l'année qui assurerait une bien meilleure connectivité de la région et un impact supérieur sur l'emploi local.

Mais vu que dans ce jeu de dumping il y aura toujours un aéroport suffisamment cupide pour proposer une ristourne déraisonnable, le cercle vicieux s'instaure tranquillement et des millions d'Euros partent chaque année dans les paradis fiscaux des LCC...

Rwandair Express
A380
Messages : 4102
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Transavia à MPL

Message par Rwandair Express » lun. 10 août 2020, 20:38

Ce que fait Transavia à MPL, elle le fait à NTE et LYS. Alors démographiquement et économiquement, c'est un voir deux crans au dessus de MPL. Elle a tenté LIL et SXB (plus ou moins une base), mais elle a échoué. Ce qui en soit n'a pas refroidi TUI qui a une base saisonnière à LIL et Volotea qui a une base à SXB

Volotea fonctionne de la même façon, beaucoup de vols soleil.

EasyJet est plus basée sur destinations à fort revenu. On voit bien qu'au départ de ses bases en France, Amsterdam, Rome, Manchester, Madrid, Milan, Londres, Luxembourg ou Copenhague.

On voit bien que EasyJet s'implante sur des aéroports dont le trafic est au dessus des 5 millions de pax. Alors que TVF (tentatives à LIL, SXB et MPL), Volotea, TUI, voir Vueling (mais en Espagne) s'implantent sur des aéroports de moins de 3 millions de pax, voir même moins de 1 500 000

Ce sont des choix des compagnies, que l'on peut critiquer. A l'instar de Wizz Air qui ne s'implante peu en France (et qui étonnent pas mal de monde ici). Si elle ne vient pas en France, c'est que le marché ne l’intéresse surement pas. Sachant que, Wizz Air dessert des petites villes en Finlande ou en Scandinavie, dont le trafic est égale à celui d'un aéroport comme Perpignan ou Toulon.

Là il sera de toute façon compliqué de juger les ouvertures bases par certaines compagnies, pendant ce contexte. La seule chose que l'on peut dire, c'est que ça n'est surement pas le bon moment de le faire

Mais au sujet de votre raisonnement, ne pensez vous pas que sur certains arguments, qu'il peut s'appliquer à d'autres aéroports en France, notamment "les gros" ? N'y a t'il pas là aussi une course, entre les gros aéroports. Et forcément des engagement financiers là aussi, à celui qui proposera les meilleurs tarifs ?

Nice, est le plus gros aéroport en France, hors Paris, avec un très gros marché privilégie la présence d'une base, alors qu'à Lyon, Toulouse ou Nantes, on empile les bases. Ce qui créer des doublons et des lignes qui sautent. Et certains ( à raison ) se plaignent par la suite de baisses capacités, du manque de nouveauté quand une compagnie arrive, puisque bien souvent, elle ouvre des destinations en frontal. Sans oublier, les compagnies no basées qui desservent ces aéroports. Certains se plaignent aussi de cette stratégie, qui a un impact sur les infrastructures de leurs aéroports, qui "sont à bout de souffle" (enfin étaient, avec la crise du covid19)

Dans la catégorie 5M-10M de pax en Europe, à part Hanovre, Belfast et Bristol, avec 3 compagnies basées et Bilbao avec 2 compagnies basées, je ne vois pas d'autres aéroports qui ont 2 voir 3 compagnies basées, en UE. En France, on a Marseille, Nantes, Bordeaux, Toulouse. Et en regardant sur ces aéroports étrangers, il y a clairement moins de doublons, entre les compagnies basées.

Ex avec Liverpool: https://en.wikipedia.org/wiki/Liverpool ... on_Airport ou Bilbao:: https://en.wikipedia.org/wiki/Bilbao_Airport

Moins le cas à Hanovre: https://en.wikipedia.org/wiki/Hannover_Airport

On voit d'ailleurs que nos aéroports en France transportent moins de pax qu'en Espagne, ou Royaume Uni. En 2018, on était derrière, le RU, l'Allemagne l'Espagne et l'Italie: https://www.iata.org/contentassets/a686 ... diakit.pdf

Et finalement, est ce que les aéroports Français ont une bonne stratégie ? Bon là faudrait ouvrir un sujet spécifique
Modifié en dernier par Rwandair Express le lun. 10 août 2020, 21:15, modifié 1 fois.

PhilP14
B747
Messages : 608
Enregistré le : dim. 4 déc. 2016, 00:04
Localisation : CAEN

Re: Transavia à MPL

Message par PhilP14 » lun. 10 août 2020, 21:14

Clm a écrit :
lun. 10 août 2020, 19:08
Si le seul mérite recherché par une direction d'aéroport est celui d'ouvrir une ligne et de "faire du passager", cette dernière ne vaut pas mieux qu'un supermarché discount qui doit écouler de la palette de lasagnes premier prix.
Quand je vois la tronche de la base TO à MPL avec des lignes majoritairement export touristiques ou VFR et des fréquences minuscules, je ne vois pas trop de quoi fanfaronner, hormis peut-être le fait de rapprocher des familles issues de communautés étrangères à la France.
Mais oui... pourquoi diable les aéroports et compagnies souhaitent-elles gagner de l'argent ? Pourquoi diable doit on systématiquement répondre aux attentes et besoins de mobilité des clients ?.. de surcroît des petits provinciaux ???
C'est quoi cette envie de voyager chez les français ? Va falloir songer à légiférer pour limiter les déplacements autres que ruraux.. :lol:

benjboubou
B777
Messages : 326
Enregistré le : mer. 16 oct. 2019, 17:52
Localisation : Montpellier

Re: Transavia à MPL

Message par benjboubou » lun. 10 août 2020, 22:42

Clm a écrit :
lun. 10 août 2020, 19:08
Si le seul mérite recherché par une direction d'aéroport est celui d'ouvrir une ligne et de "faire du passager", cette dernière ne vaut pas mieux qu'un supermarché discount qui doit écouler de la palette de lasagnes premier prix.
Quand je vois la tronche de la base TO à MPL avec des lignes majoritairement export touristiques ou VFR et des fréquences minuscules, je ne vois pas trop de quoi fanfaronner, hormis peut-être le fait de rapprocher des familles issues de communautés étrangères à la France.
La « tronche » de la base n’exagérons rien s’il vous plaît. Les espagnols représentent la clientèle la plus nombreuse à Montpellier, l’Italie est un marché important également, la Belgique est émettrice etc etc... +toutes ces personnes aux déplacements familiaux comme vous l’indiquez si bien sont aussi des touristes amenés également à consommer! Et oui! Donc ce serait sympa de pas non plus noircir le tableau outre mesure.

Et puis gardons à l'esprit que de toute manière ce sont les compagnies qui auront le dernier mot sur l'ouverture d'une ligne. Donc si la compagnie exige un Montpellier-Djerba c'est comme ça... le but premier n'est pas de faire plaisir à l'aéroport. Donc on ne peut pas tellement leur faire de reproches là-dessus. Je trouve personnellement qu'AMM a bien bossé ces derniers temps. Toutes ces critiques sont assez dures.

Michel29
B777
Messages : 487
Enregistré le : mer. 22 juin 2011, 17:02
Localisation : Plouzané Finistère

Re: Transavia à MPL

Message par Michel29 » mar. 11 août 2020, 07:45

Finalement, Messieurs, par vos échanges fort intéressants, ne seriez vous pas en train de rappeler l’intérêt des lignes subventionnées Ryanair qui apportent des centaines de milliers de touristes britanniques prêts à dépenser des millions de livres sterling dans l’économie gardoise ou heraultaise ? A l’inverse des vacanciers montpelliérains qui, grâce à Transavia, vont injecter leurs euros dans l’économie Tunisienne ou grecque!

Répondre

Retourner vers « Aéroport de Montpellier »