XL Airways France

Le forum sur les compagnies aériennes françaises: Corsair, Aigle Azur, XL Airways, Air Austral, Air Caraïbes...

Re: XL Airways France

Messagepar Flyzen » Mar 1 Juil 2014, 09:40

AVION a écrit:Le 343 CS-TQZ , prévu d'entrer en service depuis hier ne peu t pas quitter MAD pour raisons de découverte de  corrosion pendant le CHECK ,  à la base de maintenance de IBE à MAD .   
sale temps pour XLF mais bon faire voler 2 fois plus de machines que l'on a en flotte LC présente tt de mm des risques surtout que l'on est pas vraiment dans du "haut de gamme" d'affretement ! ce A340 était prévu le 3 juillet sur PTP
Espérons que les 2* B777 prévus de Omni Air Intl ne subissent pas le mm sort mais un est depuis cette nuit a Shannon sans vraiment savoir ce qu'il y fait et si j'ai bien vu il est jeudi sur JFK
Michel
Avatar de l’utilisateur
Flyzen
A380
 
Messages: 10949
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 06:14
Localisation: Vendée (proche 44)

Re: XL Airways France

Messagepar AVION » Mer 2 Juil 2014, 22:34

Ce soir vient de poser à 23h33LT 744 EC-LNA Pullmantour vol XLF748P provenance Madrid
AVION
A380
 
Messages: 14209
Enregistré le: Mer 1 Oct 2008, 11:13
Localisation: PARIS

Re: XL Airways France

Messagepar Flyzen » Jeu 3 Juil 2014, 08:52

Effectivement j'ai vu de 744 programmé sur les Antilles sur site ADP,
... par contre le B777 Omni ait Intl immat N918AX prévu en flotte XLF en juillet qui était a SNN en début de semaine est rentré aux USA ??? va t il revenir comme prévu ou ???
XLF est tt de mm sur la ligne jaune avec son trafic LC tres (trop) supérieur a sa flotte ! ... un renforcement en machine en saison estivale ça se fait et bcp d'autres le font mais la on va vers un nb de sieges offerts en machines affetées supérieur a celui des machines en propre !
Michel
Avatar de l’utilisateur
Flyzen
A380
 
Messages: 10949
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 06:14
Localisation: Vendée (proche 44)

Re: XL Airways France

Publicité

Publicité
 

Re: XL Airways France

Messagepar AVION » Ven 18 Juil 2014, 12:58

Prévisible...Merci à Laurent Magnin pour avoir recruté et écouté Olivier Besnard au lieu d'écouter Luc Bereni!! :twisted:

XL Airways réduit la voilure sur les Antilles

La compagnie aérienne fait le constat d’une absence de demande en très basse saison et arrête ses vols du 7 septembre au 30 novembre 2014.

Un an et demi après l’ouverture de ses vols de Paris-Charles de Gaulle vers les Antilles (Fort-de-France et Pointe-à-Pitre), XL Airways a décidé d’adapter son programme à la saisonnalité de la destination.

Contrairement à l’été 2013, la compagnie ne va pas ajouter cet été de capacités supplémentaires au-delà des deux vols par semaine vers Fort-de-France et des deux autres vers Pointe-à-Pitre.

"Absence réelle de marché"

Par ailleurs, la compagnie aérienne arrêtera ses vols entre le 7 septembre et le 30 novembre. "Sur cette période, qualifiée d’ultra basse saison entre la métropole et les Antilles, la stimulation de la demande par une politique tarifaire plus agressive n’a pas porté ses fruits. Il ne s’agit donc pas d’un problème tarifaire, mais bien d’une absence réelle de marché", précise XL Airways, dans un communiqué.

Maintien des capacités en haute saison

En revanche, en haute saison, soit du 30 novembre 2014 au 30 juin 2015, XL Airways restera présente, et ce pour la troisième année. "Sur cette période il est incontestable pour tous les professionnels du tourisme que l’apport de capacité et l’offre tarifaire de la compagnie sont indispensables à la bonne santé touristique des Antilles", rappelle un communiqué.

En 2013, l’arrivée d’XL Airways sur les Antilles avait entraîné une forte croissance du trafic, 6,8% vers la Martinique et 7,6% vers la Guadeloupe, ainsi qu'une diminution des prix. Mais la plupart des compagnies ont perdu de l’argent sur les périodes creuses.

En 2013, entre la métropole et les Antilles, Air France détenait environ 43% de parts de marché contre 29% pour Air Caraïbes, 21% pour Corsair International et 7% pour XL Airways.



Source: http://www.lechotouristique.com/article ... lles,66815
AVION
A380
 
Messages: 14209
Enregistré le: Mer 1 Oct 2008, 11:13
Localisation: PARIS

Re: XL Airways France

Messagepar REGO » Sam 13 Sep 2014, 18:51

Une info passé inaperçue, sauf erreur de ma part.

XL Airways redevient 100% française


FRANCE. La compagnie aérienne XL Airways France (SE) se sépare de ses deux actionnaires étrangers, le fonds d'investissement américain Beachside Capital (via la holding X-Air Aviation qui détenait XL Airways France), et le suisse Jean-Claude Wehrle, entrés en novembre 2012 dans le capital.

L'annonce intervient via un communiqué de la compagnie publié vendredi 12 septembre 2014 qui précise que "les nouveaux actionnaires n'ayant pas respecté les engagements pris au moment de l'acquisition, (notre) entreprise a exercé les droits qu'elle détenait et a obtenu l'attribution judiciaire de ses titres, devenant ainsi propriétaire de ses propres actions."

Basée à Paris CDG et à Marseille, XL Airways redevient donc 100% française. Laurent Magnin demeure à la tête de l'entreprise.

Créée en 1995, la compagnie a successivement porté les noms de Star Europe, Star Airlines, puis XL Airways France.

Outre une compagnie aérienne (3 Airbus A330 et 2 Boeing 737/800), le groupe XL Airways possède les tours-opérateurs Héliades et Crystal TO. Il a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 391 M€ en 2012/2013 avec 729 salariés.


Lire la suite http://www.econostrum.info/XL-Airways-r ... z3DDeI1CNg
Follow us: @Econostrum1 on Twitter | Econostrum.info on Facebook
REGO
B777
 
Messages: 399
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 07:18
Localisation: Paris

Re: XL Airways France

Messagepar Flyzen » Mer 17 Sep 2014, 09:24

REGO a écrit: XL Airways redevient 100% française

FRANCE. La compagnie aérienne XL Airways France (SE) se sépare de ses deux actionnaires étrangers, le fonds d'investissement américain Beachside Capital (via la holding X-Air Aviation qui détenait XL Airways France), et le suisse Jean-Claude Wehrle, entrés en novembre 2012 dans le capital.
L'annonce intervient via un communiqué de la compagnie publié vendredi 12 septembre 2014 qui précise que "les nouveaux actionnaires n'ayant pas respecté les engagements pris au moment de l'acquisition, (notre) entreprise a exercé les droits qu'elle détenait et a obtenu l'attribution judiciaire de ses titres, devenant ainsi propriétaire de ses propres actions." Basée à Paris CDG et à Marseille, XL Airways redevient donc 100% française. Laurent Magnin demeure à la tête de l'entreprise.

Créée en 1995, la compagnie a successivement porté les noms de Star Europe, Star Airlines, puis XL Airways France.

Outre une compagnie aérienne (3 Airbus A330 et 2 Boeing 737/800), le groupe XL Airways possède les tours-opérateurs Héliades et Crystal TO. Il a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 391 M€ en 2012/2013 avec 729 salariés.

Suis pas certain que sur le fond ce soit une si bonne nouvelle que ça !
XLF reste une mini Cie donc tres fragile financièrement !

A suivre mais peut être que la finalité sera de regroupe XLF avec CRL, ZI et peut etre d'autres !
Michel
Avatar de l’utilisateur
Flyzen
A380
 
Messages: 10949
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 06:14
Localisation: Vendée (proche 44)

Re: XL Airways France

Messagepar azur » Lun 19 Jan 2015, 12:31

Retournement de situation, revient pleine charge sur le low-cost MC/loisirs essentiellement depuis Lille.

http://www.lavoixdunord.fr/economie/aer ... b0n2605390

XL Airways n’avait pas atterri sur le tarmac de l’aéroport de Lille - Lesquin depuis 2010. La compagnie française y posera à nouveau ses roues à partir du 24 avril. Dans ses valises, la Corse, le Maroc, la Turquie, la Sicile, la Grèce, la Tunisie, le Portugal, l’Espagne, la Crète, la Croatie et les Canaries. Au total, 17 destinations dans le
Une partie des sièges sera réservée par les tour opérateurs. Mais, et c’est nouveau, une cinquantaine de places sur les 189 du Boeing 737 de la compagnie qui assurera la majorité de ces liaisons, sera disponible en vol sec (sur le site web de XL Airways ou en agence de voyages).
Côté tarifs, la compagnie ne se dit pas très éloignée « du low cost. Nous avons de très bons prix sur le bassin méditerranéen ». Pour aller à Ajaccio en Corse, par exemple, compter 282 euros minimum aller-retour pour un départ de Lille le samedi 23 mai et un retour le 30 mai. Une semaine plus tôt, un aller-retour pour Djerba en Tunisie est affiché à 310 euros par personne.
Destinations au départ de Lille : Agadir, Marrakech (Maroc), Ajaccio (Corse), Bodrum (Turquie), Catane, Palerme (Sicile), Corfou, Rhodes (Grèce), Djerba, Monastir (Tunisie), Faro (Portugal), Fuerteventura, Malaga, Palma de Majorque (Espagne), Héraklion (Crète), Split (Croatie), Tenerife (Canaries). Renseignements sur http://www.xl.com.


Va aussi louer un A333 chez Hifly.


Pourquoi pas une alliance XL/FO à terme

XL = loisirs low-cost LC A330
Europe Airpost : MC/CC low-cost loisirs 737-300/700/800.

Soit une flotte d'une trentaine d'appareils si fusion, tout en gardant les deux marques.
Avatar de l’utilisateur
azur
B747
 
Messages: 899
Enregistré le: Jeu 20 Aoû 2009, 14:21

Re: XL Airways France

Messagepar AVION » Ven 20 Fév 2015, 19:34

La compagnie aérienne arrête ses vols vers les Antilles entre fin juin et début décembre et renforce ses capacités vers les États-Unis, plus rentables.

XL Airways baisse encore la voilure sur les Antilles. La compagnie aérienne n'effectuera aucun vol entre fin juin et début décembre 2015 vers la Guadeloupe et la Martinique. « Il n'y avait pas un niveau de rentabilité suffisant », explique Laurent Magnin, le patron de la compagnie aérienne. « Plusieurs acteurs ont perdu de l'argent sur l'été », précise un concurrent. L'an dernier, XL Airways avait déjà suspendu ses vols vers les Antilles entre le 7 septembre et le 30 novembre, précisant qu'il y avait une « absence réelle de marché » sur cette période
AVION
A380
 
Messages: 14209
Enregistré le: Mer 1 Oct 2008, 11:13
Localisation: PARIS

Re: XL Airways France

Messagepar koalactus » Ven 20 Fév 2015, 19:39

Logique... XL n'était pas assez implanté... mais les prix vont augmenter je pense.
Possibilité d'ouverture de nouvelles liaisons ?
koalactus
A321
 
Messages: 252
Enregistré le: Jeu 13 Nov 2014, 16:31

Re: XL Airways France

Messagepar Flyzen » Ven 20 Fév 2015, 20:10

AVION a écrit:La compagnie aérienne arrête ses vols vers les Antilles entre fin juin et début décembre et renforce ses capacités vers les États-Unis, plus rentables.

XL Airways baisse encore la voilure sur les Antilles. La compagnie aérienne n'effectuera aucun vol entre fin juin et début décembre 2015 vers la Guadeloupe et la Martinique. « Il n'y avait pas un niveau de rentabilité suffisant », explique Laurent Magnin, le patron de la compagnie aérienne. « Plusieurs acteurs ont perdu de l'argent sur l'été », précise un concurrent. L'an dernier, XL Airways avait déjà suspendu ses vols vers les Antilles entre le 7 septembre et le 30 novembre, précisant qu'il y avait une « absence réelle de marché » sur cette période
Et bien ça n'a pas trainé !
... pour les Etats Unis il y a surtout un renforcement de Paris /NYC, les vols sur LAS supprimés le MRS/NYC aussi c'est du renforcement "canada dry" a moins que la récupération des "machines antilles" génère des nouveautés, mais des machines de +/-360 sièges ça ne se place pas comme ça sur une nouveauté !
... et il faut aussi garder en ligne de mre que ces vols sont fortement allotés aux TO/AGV donc si demain Air xyz vient avec une offre plus intéressante >>>> sale temps

Pour moi, et a mon grands regret, une Cie mal barrée qui a voulu trop vite jouer dans la cour des grands ... passer au LC et surtout d'une façon assez désordonnée


PS je pense l'avoir déjà dit ici mais lorsque je sui allé a la Martinique, au retour il y avait les 3 vols AF, TX et XLF +/- en mm temps et FDF n'est pas géant
AF >>> les "métros"
TX >>> les antillais
XLF >>> les pax TO avec les belles étiquettes
Michel
Avatar de l’utilisateur
Flyzen
A380
 
Messages: 10949
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 06:14
Localisation: Vendée (proche 44)

Re: XL Airways France

Messagepar koalactus » Ven 20 Fév 2015, 20:54

Ils vont mal finir s'ils ne se développent pas c'est dommage...
koalactus
A321
 
Messages: 252
Enregistré le: Jeu 13 Nov 2014, 16:31

Re: XL Airways France

Messagepar Rwandair Express » Ven 5 Fév 2016, 10:09

Cuba en ligne de mire, bénéfice en 2015, possible arrivée d'un 4 eme A330 , le marché Chinois est le prochain objectif

XL Airways poursuit son développement sur les lignes long courrier avec l'ouverture de Cuba l'hiver prochain. La compagnie attend avec impatience l'arrivée d'un nouvel actionnaire qui lui permettrait d'avoir plus d'avions pour ouvrir des lignes en province, voire même en Asie !


http://www.tourmag.com/Apres-les-Etats- ... 78602.html
Rwandair Express
A380
 
Messages: 1549
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 21:19
Localisation: Paris Montpellier Kigali

Re: XL Airways France

Messagepar Ops-Marco » Ven 5 Fév 2016, 19:45

Pour la Chine, il faut d'abord réussir à passer l'obstacle majeur : les droits de survol de la Russie, que XL n'a pas. Sans ça, avec leurs A330, c'est impossible de le faire sans de grosses restrictions de charge. Et compte tenu de la situation géopolitique, ça risque d'être difficile.
Avatar de l’utilisateur
Ops-Marco
A321
 
Messages: 272
Enregistré le: Jeu 13 Nov 2008, 17:24
Localisation: Entre LIS et GVA

Re: XL Airways France

Messagepar azur » Ven 5 Fév 2016, 23:35

Ops-Marco a écrit:Pour la Chine, il faut d'abord réussir à passer l'obstacle majeur : les droits de survol de la Russie, que XL n'a pas. Sans ça, avec leurs A330, c'est impossible de le faire sans de grosses restrictions de charge. Et compte tenu de la situation géopolitique, ça risque d'être difficile.


C'est pas gagné, c'est à ce poser la question si ZI et XL auront un jour les droits de survol de la Russie, c'était déjà chaud/très compliqué avant le clash ukrainien. Même que Transaero avait appuyé ZI auprès de Moscou pour le survol de la sibérie sans résultat. Alors maintenant.... dans 10 ans peut-être.

D'ailleurs pour l'info Transaéro existe toujours moralement et figure toujours à la bourse de moscou.
Avatar de l’utilisateur
azur
B747
 
Messages: 899
Enregistré le: Jeu 20 Aoû 2009, 14:21

Re: XL Airways France

Messagepar Flyzen » Sam 6 Fév 2016, 09:25

Ops-Marco a écrit:Pour la Chine, il faut d'abord réussir à passer l'obstacle majeur : les droits de survol de la Russie, que XL n'a pas. Sans ça, avec leurs A330, c'est impossible de le faire sans de grosses restrictions de charge. Et compte tenu de la situation géopolitique, ça risque d'être difficile.

Et suis pas certain que le marché chinois soit accessible pour une Cie sur le créneau de XLF.
Suis actuellement en Thaïlande et ai lu des articles sur la spécificité des "touristes chinois" ... intéressant , je l'évoquerais a mon retour
Michel
Avatar de l’utilisateur
Flyzen
A380
 
Messages: 10949
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 06:14
Localisation: Vendée (proche 44)

Re: XL Airways France

Messagepar NICO » Sam 6 Fév 2016, 14:49

ramene moi les safety cards de te vols ...je collectionne..merci d'avance
NICO
A380
 
Messages: 2019
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 04:11

Re: XL Airways France

Messagepar Ops-Marco » Sam 6 Fév 2016, 16:29

Flyzen a écrit:
Ops-Marco a écrit:Pour la Chine, il faut d'abord réussir à passer l'obstacle majeur : les droits de survol de la Russie, que XL n'a pas. Sans ça, avec leurs A330, c'est impossible de le faire sans de grosses restrictions de charge. Et compte tenu de la situation géopolitique, ça risque d'être difficile.

Et suis pas certain que le marché chinois soit accessible pour une Cie sur le créneau de XLF.
Suis actuellement en Thaïlande et ai lu des articles sur la spécificité des "touristes chinois" ... intéressant , je l'évoquerais a mon retour


Je suis très intéressé à lire sur le sujet, mais pour ce qui est de ma remarque, nous parlons de deux choses différentes : tu parles de la viabilité commerciale, et moi de la faisabilité en termes opérationnels avec les machines dans leur flotte :)
Avatar de l’utilisateur
Ops-Marco
A321
 
Messages: 272
Enregistré le: Jeu 13 Nov 2008, 17:24
Localisation: Entre LIS et GVA

Re: XL Airways France en Chine ?

Messagepar Flyzen » Jeu 25 Fév 2016, 08:58

Ops-Marco a écrit:
Flyzen a écrit:Suis actuellement en Thaïlande et ai lu des articles sur la spécificité des "touristes chinois" ... intéressant , je l'évoquerais a mon retour
Je suis très intéressé à lire sur le sujet, :)
Voilà … mes réflexions
Je ne suis pas certain de te donner des scoops car ce que je vais évoquer est souvent la même situation que dans d'autres pays asiatiques il y a quelques années mais revue et amplifiée a la chinoise et a l'heure du numérique, en fait culturellement tous ces pays sont assez proches

… mon analyse, sur le touriste et le transport aérien chinois est faite a partir de mes diverses lectures récentes, et ou autres sources.

En premier il faut considérer la situation économique de la Chine qui en quelques décennies est passé d'un mode de quasi restriction a une hyper, voire même une boulimie de consommation. On achète plus par besoin mais pour asseoir sa position, pour faire bien et ce n'est pas sans raison que le méga site de E commerce est chinois, Alibaba, et peut générer un CA en milliards de $ sur une simple opération promotionnelle de quelques jours et ils sont visiblement très inventifs !

Le touriste chinois (en excluant les très riches et les fauchés style routard pas encore très nombreux) c'est la masse énorme de la classe moyenne qui dans ce domaine aussi doit asseoir sa position sociale, faire bonne figure.

Il y a bien sur les traditionnels déplacements vers la famille en période du nouvel an chinois qui voient trains, bus, avions bondés mais aussi et ça m'a beaucoup surpris lorsque je l'ai lu … en voiture ! En effet il est de bon ton, si on a réussi et possède une belle berline européenne ou le 4 x 4 japonais / coréen à la mode, d'aller dans sa famille avec (mm si il y a des limites ça peut être assez loin)

Au delà de cette tradition, pour le bas de l’échelle de cette classe moyenne, les voyages, c'est bien sur le pays lui même. Mais plus on monte dans cette échelle de classe plus on aspire a en sortir et donc on va dans les pays proches d’où le succès de Cies comme Air Asie et ses déclinaisons thai, philippines, LC +++ les chinois consomment maintenant des séjours balnéaires pas vraiment dans leurs traditions mais il n’oublient pas le passage obligé par les centre commerciaux pour s’adonner a leur frénésie d'achats !
… ce sont des voyages qui se font encore souvent en groupe (avec aussi des vols charters sur ces destinations)

Et lorsque l'on arrive a un niveau supérieur de cette classe moyenne, il est de bon ton de sortir de l'Asie et aller en Europe enfin disons surtout a Paris.
Un voyageur chinois ne viendra pas, surtout pour son 1er voyage (ou ses …) en Europe sans un passage par Paris ... le classique tour, presque caricatural, de 5/6 pays européens en 9/10 jours et bien sur a Paris en particulier il faudra garder beaucoup de temps pour …. faire du shopping de produits, de préférence a connotation luxe, made in France, enfin peut être, ce qui importe c'est l'emballage, le sac … qui devra lui impérativement afficher l'origine
… et la aussi beaucoup en voyages organisés en groupe  sûrement pour des raisons pratiques/linguistiques!

Et le transport aérien !
Je vais volontairement rester sur celui de/vers l'Europe, la France qui nous intéresse sur ce forum, qu'y trouve t on
- Air China qui a pratiquement tout le marché sur les vols entre Pékin et les capitales / grands centres économique européens
- China Southern et China Eastern font de même au départ de leurs hubs respectifs de CAN et PVG mais avec beaucoup moins de destinations européennes que Air China
A priori et sauf rares exceptions (PEK & PVG) il n'y a qu'une seule Cie chinoise sur une desserte directe / non stop donnée

Et après … et bien on commence a avoir des lignes directes ouvertes par les 3 Cies citées + Hainan entre les capitales des provinces chinoises et l'Europe et la encore bien sur, surtout Paris, même si il y a quelques autres capitales européennes concernées mais ce sera souvent réservé à de grands centres économiques/touristiques … un ex Hainan dessert Xi'an vers CDG et FCO

Et Alors des lignes Chine vers la province française
Euhhhhhhhhhhhh je crois qu'il va falloir attendre un certain temps car … le touriste lambda, le plus nombreux, ne sera pas ou peu attiré par la province autrement que pour y passer, souvent très vite**, et sur le territoire français je ne vois que Nice remplir les désirs chinois, enfin disons surtout la "French Riviera" et ses magasins de luxe a Cannes Monaco +++
... même a TLS , un peu chinois on est devenu assez discret, on parle de charters ... dans un certain temps ( j'ai lu 2018) pour le reste ??? alors que c'est une ville qui par l'effet Airbus + pourrait en tte logique avoir une liaison avec la Chine, mais est ce suffisant ?

Après, sans avoir une activité business, congrès … je crois qu'il faut oublier pour un bon moment ces lignes secondaires, vues de Chine, avec une part de touristes trop majoritaire voire la seule même si on a des chiffres énormes sur le papier .
Si on regarde hors de nos frontières, par exemple en Grande Bretagne, les Cies chinoises sont quasiment absentes hors de Londres !

Je pense que les Sce marketing des aéroports français feraient mieux de laisser tomber le marché direct Cies chinoises et travailler les réceptifs afin de proposer aux chinois ce qu'ils recherchent et la on pourrait voir des vols charters ponctuels sur certaines villes, un groupe de chinois ce n'est pas 20/30 personnes mais 200/300 !

Et XLF … c'est le sujet initial !

La, pour moi, c'est clair le pax chinois sera peanuts vu son modèle trop cheap (XLF se plait a se dire low cost long courrier) ne sera pas du goût de cette classe moyenne qui voyage en Europe. Si un chinois souhaite, la aussi pour se démarquer et faire bien, prendre une Cie française ce sera Air France.
Par contre si pour XLF c'est faire du pseudo charter mm dit régulier pour les TO français pourquoi pas c'est quasiment tout le temps la base de son modèle, mais ça ne prend pas a tous les coups (voir les Antilles et le MRS/NYC)
… alors a suivre mais faire 1 vol/sem sur 2 ou 3 mois est ce vraiment ouvrir une ligne ?

Pour ce qui est du pbl des droits de survol oui il existe et n'est surtout pas a sous estimer, mais je ne suis pas sur que les russes aillent très loin dans leurs refus au risque d'être plus pénalisés si l'UE prenait une décision similaire de réciprocité, le cas ZI semble avoir été en partie pollué par le montage franco-chinois avec Hainan .

A te lire si tu as d'autres réflexions sur le sujet


** les chiffres de nuitées par passage dans les différentes villes française (hors séjours en stations touristiques) est très faible
Michel
Avatar de l’utilisateur
Flyzen
A380
 
Messages: 10949
Enregistré le: Mer 24 Sep 2008, 06:14
Localisation: Vendée (proche 44)

Re: XL Airways France

Messagepar azur » Jeu 17 Mar 2016, 12:27

Entretien – Problèmes récurrents de compétitivité, dialogue social grippé voire crispé, concurrence étrangère – connue et à venir – agressive, chute du prix du baril de pétrole, mais également atouts indéniables du "meilleur marché du monde". Laurent Magnin, PDG de XL Airways, infatigable défenseur du pavillon français, livre ses recettes pour sauver ce qu'il en reste. Et même pour entamer une reconquête. Il nous a accordé un entretien que nous avons publié dans Le Quotidien du Tourisme.com/Le Mag daté du 3 mars dernier. Le voici dans son intégralité.
Une question d’actualité pour commencer : que vous inspirent les récents déboires d’Air Méditerranée ?

Laurent Magnin : D’abord cela m’attriste énormément par rapport à la bataille menée par Antoine Ferretti [PDG d’Air Méditerranée, NDLR] qui essaie de faire vivre son modèle depuis 20 ans.
Laurent Magnin (XL Airways) : "plus que de les emmerder, je préfère travailler avec les syndicats"
19 Février 2016 SUR LE MÊME SUJET
En tant que patron de XL Airways, j’ai déjà expliqué que le moyen-courrier français n’est pas aujourd’hui compétitif par rapport au moyen courrier du reste de l’Europe. Les écarts sociaux entre les compagnies aériennes à l’intérieur même de l’espace européen sont scandaleux. En tant que compagnie française, moi je n’ai pas de leçon à recevoir d’une low cost installée à l’autre bout de l’Europe, qui n’a pas de syndicat, qui fait peu de social, qui utilise des boîtes d’intérim dans tous les sens… Nous ne sommes pas du tout dans le même modèle. Nous sommes enfermés dans un carcan sans aucune souplesse. Notre pays vante partout son modèle social mais demeure une énorme machine à fabriquer du chômage. Il y a une distorsion entre le baratin et la réalité du rapport social. Moi, je mets les pieds dans le plat en disant qu’il n’y a strictement aucune confiance entre les directions d’entreprises et une partie des syndicalistes. L’idée n’est pas de jeter la pierre aux uns ou aux autres mais de dire que, si on ne met pas un terme à cette absence de confiance en se disant qu’on a en face de nous des vrais ennemis de l’emploi français, il n’y aura pas de suite au pavillon français. Cela passe d’abord par une relation de confiance, on ne peut pas rester sur des histoires de postures syndicales et patronales alors qu’on est face à un énorme défi.

Pourtant, on constate une quasi-absence de mouvements sociaux chez XL, non ?

L.M. : Moi je vais plus loin – et du reste ça déplaît parfois souverainement aux structures centrales des syndicats –, j’estime que, dans les moments les plus difficiles, j’ai sauvé l’entreprise grâce à l’intelligence et à la coopération de mes délégués syndicaux, tous syndicats confondus. XL Airways est probablement une compagnie qui a été sauvée, plusieurs fois, grâce au dialogue social. Si la compagnie a rempli une partie de ses objectifs c’est parce que le dialogue social y est une réalité. Ce n’est pas toujours simple mais j’ai des salariés extrêmement concernés par leur compagnie, qui savent que ça peut être très dur. J’ai des délégués syndicaux pour lesquels ce n’est pas toujours facile en interne, parce qu’ils ont le courage de défendre les intérêts de l’entreprise à tout prix.

"j’ai sauvé l’entreprise grâce à l’intelligence et à la coopération de mes délégués syndicaux"

C’est un immense motif de fierté vis-à-vis des salariés. C’est pour cela que, même si j’ai été sollicité pour rejoindre d’autres entreprises, je n’ai pas quitté XL. Parce que je suis intimement lié à leur histoire, à l’histoire de mes salariés, à leurs batailles. C’est un point très important pour moi. J’engage les syndicats français à se demander s’ils veulent un avenir pour le pavillon français. Si on n’en veut pas, il suffi t de continuer exactement à faire ce qu’on fait aujourd’hui. Sinon, on laisse tomber les postures et on se concentre ensemble sur ce qu’on peut faire pour s’en sortir. À commencer par mettre une énorme pression sur les autorités en matière de simplification de nos règles et en matière de coûts sociaux. J’engage les autorités à réagir, Air Med’ n’est que le signe annonciateur des problèmes en dur dans lesquels nous allons entrer. Si les différents partenaires s’accrochent juste à la petite embellie pétrolière pour penser qu’il ne faut rien faire, ce sera juste un désastre à terme !

Des perspectives pas très engageantes…

L.M. : Je reste un homme incroyablement optimiste. Nous sommes sur l’un des marchés les plus forts au monde en « incoming », sur le plan touristique. À partir de là, en France, à commencer par Air France, nous devrions avoir des machines de guerre sur le plan aérien : des compagnies qui sortent des bénéfices, qui les partagent avec leurs salariés, des compagnies hyper-efficaces, hyper-internationales et qui se battent pour amener des touristes en France. Parce que se battre entre nous pour les 65 millions de Français qui ont des problèmes d’argent pour partir à l’étranger, c’est juste complètement idiot. Notre vrai boulot, ça devrait être d’amener les étrangers en France.

Le moyen-courrier, c’est vraiment le talon d’Achille des compagnies françaises ?

L.M. : Oui et ça ne concerne pas qu’Air Méditerranée. Sans citer quiconque, les résultats des compagnies françaises sont mauvais, ou effondrés par rapport à leurs historiques. Pour XL Airways, on est typiquement dans le cadre d’une compagnie qui faisait voler six moyen courriers en 2010 et gagnait de l’argent sur ce secteur. À partir de 2011, face à l’agressivité d’une partie des opérateurs étrangers qui ont des coûts sociaux différents, on s’est retrouvé avec un secteur moyen-courrier complètement déficitaire. On a tenté de se battre pendant cinq ans mais à la fi n on a décidé d’arrêter.

Concrètement, comment ça se passe ?

L.M. : On rend tout simplement les avions. On a vingt ans d’existence, donc tous les ans on a des départs en retraite. Que ce soit les pilotes, les PNC ou les gens du sol, on a un noyau dur… En ce qui concerne plus particulièrement les pilotes, il y a un certain nombre de départs en retraite et des transferts vers le secteur long-courrier. Je rappelle qu’en moins de trois ans on est passé de deux à trois Airbus A330. Le but est de faire entrer un quatrième A330 en 2017, dans la foulée de l’arrêt du dernier Boeing B737. Et comme un A330 consomme plus d’équipage par avion qu’un moyen-courrier, on sera normalement, si le marché le permet, à la péréquation entre sortie du moyen et développement du long-courrier. C’est le but.

Sans casse sociale ?

L.M. : Sur le plan social, je rappelle que contrairement à d’autres opérateurs, en 10 ans nous n’avons procédé qu’à très, très peu de licenciements, et même cela m’a fait mal. Quand sous la pression de la concurrence étrangère vous êtes obligé de supprimer votre secteur moyen-courrier, vous ne pouvez plus être à périmètre égal. On a eu l’année dernière un peu moins de dix licenciements au sol, mais ça a été un événement pour une compagnie qui n’a mis en place aucun plan social en dix ans. Si on regarde les dix ans passés sous ma présidence on ne peut pas parler de casse sociale, j’en connais d’autres qui ont fait trois plans sociaux en cinq ans, sans forcément améliorer les résultats d’ailleurs.

Justement, cette année, côté résultats il y a, semble-t-il, des motifs de satisfaction.

L.M. : Effectivement, c’est en gros 1,5 million d’euros de résultat net pour la compagnie XL et 1,5 million d’euros pour Héliades. Ce qui m’amuse beaucoup, dans les communications de résultats des uns et des autres, c’est de voir qu’une fois on parle de résultat d’exploitation, et d’autres fois de résultats comme ci ou comme ça… Moi, je préfère parler en net – et l’année prochaine ce sera pareil. Tout est retraité et à la fi n cela a du sens. Je pense qu’un million et demi de résultat sur une année extrêmement difficile en termes de compétition c’est satisfaisant. Ce que je trouve très fort de la part de notre équipe, c’est que ça fait globalement huit ans qu’on n’est pas soutenu par des actionnaires.

Les partenaires sociaux sont donc primordiaux ?

L.M. : Oui, quand vous avez des partenaires sociaux qui sont à l’écoute de l’entreprise et que le patron ne passe pas un temps fou à s’occuper du social. Sans aller jusqu’au patron de Ryanair, qui est un type incroyable du reste, et qui me fascine lorsque je l’entends dire « j’emmerde les syndicats, j’emmerde mes clients » quand ils ne sont pas contents du produit…

Son discours a un peu changé

L.M. : Il a même beaucoup changé, il est d’ailleurs en train de s’embourgeoiser, je lui fais passer un message, je suis plutôt déçu, le mec rock ’n’ roll qui emmerdait les syndicats il y a dix ans, on l’entend beaucoup moins, ça va manquer dans le paysage. Mais plus sérieusement, est-ce que c’est un motif de fierté de dire qu’on emmerde les syndicats ? Moi chez XL plus que de les emmerder, je préfère travailler avec eux. C’est un point essentiel qui nous a permis de tenir le coup. Si nous avions dû, comme d’autres, avoir des difficultés sociales énormes dans ce paysage extrêmement difficile, je n’aurais pas donné cher de notre peau.

La chute du pétrole a un peu aidé en 2015, non ?

L.M. : Tout le monde nous bassine avec la chute du pétrole, mais cette chute est fantastique pour les compagnies américaines qui ont des recettes en dollars, elle l’est moins pour les européennes qui ont vécu un effondrement de l’euro face au dollar. Une compagnie comme XL paye 52 % de ses charges en dollars. Passer d’un taux de change de 1,35 à 1,08, sur 300 millions de chiffre d’affaires est loin d’être négligeable.

"la baisse du prix du pétrole par rapport à ce qui s’est passé sur la parité ne donne pas du tout la marge de manœuvre qu’on pourrait imaginer"

Vous comprendrez aisément où se situe l’ampleur du défi et aussi que la baisse du prix du pétrole par rapport à ce qui s’est passé sur la parité ne donne pas du tout la marge de manœuvre qu’on pourrait imaginer. Vous faites votre boulot en social, en exploitation, en ouvertures de lignes, etc., ce sont des paramètres qui vont jouer sur 2 % ou 3 % de marge. Un peu comme le tour operating d’ailleurs. Par contre quand vous voyez ce que représentent le fuel et le dollar dans nos modèles économiques, ça montre l’ampleur des défis.

Un défi qui semble impossible à relever

L.M. : Ce qui me rend optimiste, c’est par exemple le fait que depuis dix ans on assiste à un blitzkrieg des compagnies du Golfe. On ne parle que d’elles. Je les remercie de développer le trafic actuellement parce qu’un de ces quatre matins on les survolera. Je ne sais pas où je serai dans dix ans, mais je sais que les compagnies européennes et Air France, même si en ce moment on en bave, ont un objectif. Quand je vois que le patron de Qatar Airways est aussi celui de l’aéroport de Doha… C’est comme si Frédéric Gagey [PDG d’Air France, NDLR] était patron de la plate-forme Roissy CDG… j’imagine que la péréquation des coûts entre la structure aéroportuaire et la compagnie qu’est Air France serait certainement plus équitable en termes d’efficacité pour l’outil aérien qu’est Air France pour la France. De l’autre côté, ils se marrent, ils pensent qu’on est tous des nuls. Eux, c’est un modèle complet. La structure aéroportuaire colle « aux bonbons » de la plus grosse compagnie du pays. On est des naïfs. On est face à des machines de guerre. Et nous, à part s’enfermer avec les partenaires sociaux pendant des mois pour savoir comment on ne va pas créer d’emplois, on fait quoi ? Dans l’aérien, on n’est pas protégé. Je refuse de payer les charges sociales actuelles sur mesu pilotes qui ne sont pas protégés à l’international. Ou alors un matin on va les licencier. Et on ira faire ce que ceux qui nous donnent des leçons font, c’est-à-dire que le modèle européen sera peut-être basé sur de l’intérim. Je ne demande pas d’argent ou de subvention au gouvernement, je lui demande d’arrêter de nous en prendre comme si on était une pompe à fric sans fin.

Dans le même temps, les compagnies du Golfe sont de gros clients des constructeurs aéronautiques...

L.M. : En achetant massivement des avions ces transporteurs ont roulé nos politiques dans la farine : on achète des avions et quand vous ne nous donnez pas les droits de trafi c, on vous menace ! Génial ! Moi, je dis « Merde ! ». Moi, je veux un Air France fort dans mon pays. Il n’y a rien de pire pour une compagnie privée comme nous que d’avoir la plus grosse compagnie de son pays affaiblie. Quand elle l’est tout s’affaiblit autour. Un British Airways fort, c’est un marché anglais fort, un Lufthansa fort, c’est un marché allemand fort, un Air France fort, c’est un marché français fort. C’est aussi ce que doivent comprendre les partenaires sociaux.

C’est donc, selon vous, un problème de volonté politique…

L.M. : Le dogme c’est qu’on nous prend pour des riches parce qu’on achète des avions. C’est faux ! L’aviation est un métier où il y a effectivement beaucoup d’argent, c’est un métier où l’on peut réussir quand il est bien drivé, et certaines compagnies l’ont prouvé. Il y a un modèle en particulier. C’est celui d’Easyjet : les salariés sont payés, ils bossent, ils ne se tripotent pas tous les quatre matins sur les règles sociales. C’est une des compagnies qui attirent les gens quand elles embauchent. Peut-on faire ça en France ? Aujourd’hui, la réponse est : « non ». Et si on est incapable de faire ce que fait un Easyjet en moyen courrier ou demain en long-courrier, il n’y aura plus d’aérien français.

"Ce qui pend au nez des salariés de l’aérien français, c’est que les navigants vont bientôt pouvoir s’asseoir sur leurs caisses de retraite"

On fera partie des pays qui dépendent d’entités aériennes étrangères… Génial ! On est en train de dire concrètement que sur le premier marché touristique du monde, on est incapable d’avoir un outil aérien adéquat. Ce qui pend au nez des salariés de l’aérien français, c’est que les navigants vont bientôt pouvoir s’asseoir sur leurs caisses de retraite. Ça fait plusieurs années qu’on perd de l’argent, on vient de faire trois bons mois et le premier message qu’on reçoit des partenaires sociaux est : « ça va beaucoup mieux, il faut qu’on cause ». Alors qu’on a cinq ans de perte dans le dos pour une grande partie des acteurs français ! C’est une plaisanterie ou quoi ? On doit restructurer notre modèle, on est incapable de faire de la croissance. J’ai quitté Corsair en 2004. Il y avait cinq B747, deux A330 et des B737. Aujourd’hui, il doit y avoir trois B747 et quatre A330. Quand j’arrive chez XL en 2006, il y avait six avions. En 2016 j’en ai cinq ! Elle est où la croissance ? Et quand on regarde objectivement ce qu’il y a devant nous, si on arrive à s’entendre et une partie des investisseurs y croit, on peut dire ce qu’on veut mais les Chinois sont arrivés dans Aigle Azur parce qu’ils y croient.

Ce n’est pas non plus l’Eldorado

L.M. : Je suis monstrueusement optimiste sur le moyen, long terme. Pourquoi ? Parce qu’on a le meilleur marché du monde. Pourquoi les compagnies étrangères se battent-elles tant pour s’implanter en France ? Parce qu’on a un marché canon. Parce que les relations entre l’Amérique et la France, entre la Chine et la France, entre l’Asie et la France, entre l’Afrique et la France sont des relations touristiquement plus fortes qu’avec la plupart des autres pays européens. On a tout ! Mais nous, on est dans la cuisine avec nos trucs de chiffonniers, le train est en train de passer et on ne règle rien. Mais il n’empêche, c’est nous qui avons le marché.

XL est aujourd’hui spécialisée sur le long-courrier loisir à bas tarifs. Comment voyez-vous l’arrivée de la future compagnie sœur d’Air Caraïbes ?

L.M. : D’abord je salue l’exceptionnel boulot de Marc Rochet et son équipe sur Air Caraïbes. Marc est un des plus grands professionnels de notre secteur. Par contre, ils créent une compagnie additionnelle à structure plus light en restant en France. Ce que j’en pense c’est qu’en France aujourd’hui on n’arrive pas à faire de structure si light que ça. Est-ce qu’elle sera un peu meilleure en termes de coût qu’un XL ou qu’un Air Caraïbes ? Je l’espère mais je doute qu’elle sera franchement meilleure. Marc Rochet aurait annoncé qu’il montait sa compagnie à l’autre bout de l’Europe, j’aurais été beaucoup plus inquiet. Parce qu’effectivement à l’autre bout de l’Europe, on est dans un autre monde. Une fois de plus c’est encore la vraie problématique sociale des compagnies françaises.

Et l’arrivée de Norwegian ?

L.M. : Au-delà du fait que je suis très surpris de voir qu’on autorise la compagnie d’un peuple qui a clairement dit « non à l’Europe » à voler à sa guise dans l’Union, je peux vous dire que je vais être plus que vigilant avec Norwegian. Je veux des règles équitables. Il n’y a pas de débat si les règles sont équitables et qu’ils payent les mêmes charges que moi. Ils partent de mon pays, ils ont un modèle différent, pas de problème. C’est pour ça que je respecte la stratégie du groupe Dubreuil [propriétaire d’Air Caraïbes, NDLR]qui crée une nouvelle structure mais reste à l’intérieur du modèle français. Il faut que dans ce pays on arrive à faire – c’est un message aux partenaires sociaux – un modèle ultra-efficace, pas complètement collé à l’historique d’Air France, afin de redéployer une partie de l’aérien français. C’est d’ailleurs ce qu’AF cherche à faire avec Transavia, ce qu’AF a besoin de faire avec Transavia. Il faut que les partenaires sociaux arrêtent de regarder nos velléités de croissance comme si on était des patrons du XIXe siècle qui leur demandent des trucs invraisemblables. À un moment donné, il va falloir arrêter de déconner, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

"Sans contrat de confiance avec les partenaires sociaux il n'y aura pas de developpement"

Si on n’a pas avec les partenaires sociaux un contrat de confiance sur le redéveloppement de la croissance de l’aérien, il n’y aura pas de développement, il n’y aura plus de caisse de retraite et surtout il n’y aura plus aucune embauche dans le secteur. On n’embauchera pas ! Ou on est accompagné et soutenu, et on nous aide à résorber des coûts qui ne sont pas liés à notre productivité, ou il n’y aura pas d’embauche. Cela dit, il y a des investisseurs qui y croient et qui regardent les compagnies françaises. Ce qui les obsède ce n’est pas le court terme. Ce qu’ils voient c’est que ce pays est le premier pays touristique du monde. Alors d’accord, Norwegian va arriver. C’est une nouvelle péripétie dont nous surveillerons la pertinence en termes de règles sociales qui risque de nous tomber de dessus. Mais j’en profite pour lancer un vrai message aux Français : « Vous voulez arrêter de nous emmerder avec vos 5 millions de chômeurs ? Quand vous avez 10 ou 20 euros d’écart entre une compagnie française et une compagnie étrangère et ben merde, achetez une compagnie française ! Acheter du Air France, du Corsair, du Air Caraïbes ou du XL Airways ! Ou alors arrêtez de chialer sur le chômage ». Un agent de voyages français, un Français qui part en voyages, il devrait acheter français même avec un petit écart de prix. Quand un client se barre sur une compagnie étrangère pour 15 euros d’écart sur un transatlantique, j’ai envie de lui dire que demain il ne faudra pas qu’il vienne se plaindre si ses enfants ne trouvent pas de boulot.

Justement puisqu’on parle d’investisseurs…

L.M. : On est très engagés dans des négociations avec des fonds pour la reprise de XL Airways. Je suis optimiste pour cette année. À partir du moment où on a sorti des résultats positifs et que nous arrivons à vivre sans aucun soutien actionnarial, je ne suis pas non plus dans l’obsession absolue de trouver un actionnaire. Rétrospectivement ce qui est embêtant c’est qu’avec un actionnaire on aurait pu accélérer le modèle.



http://www.quotidiendutourisme.com/site ... 97909.html
Avatar de l’utilisateur
azur
B747
 
Messages: 899
Enregistré le: Jeu 20 Aoû 2009, 14:21

Re: XL Airways France

Messagepar koalactus » Jeu 17 Mar 2016, 20:49

Il a plutôt raison, la seule chose un peu énervante c'est qu'il rejette la faute de la "décroissance" de XLF sur AFR, or c'est quand même pas que de la faute d'AF
koalactus
A321
 
Messages: 252
Enregistré le: Jeu 13 Nov 2014, 16:31

PrécédenteSuivante

Retourner vers Compagnies aériennes françaises

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités