Low-Cost & Tourisme de Masse

Le forum sur Lufthansa, British Airways, Iberia, Alitalia, Swiss Air Lines, Turkish Airlines, Brussels Airlines...
lyonaf
B777
Messages : 491
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 06:46

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par lyonaf »

Après deux ans de folie, les compagnies aériennes low cost contraintes de modérer les prix des billets

Déjà en avril et en mai, Ryanair a réduit certains de ses tarifs. Le mouvement devrait se poursuivre. Explications....

Source : Le Figaro

Au final, les gens ne veulent pas payer...plus
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

Après 20 ans à faire croire que le transport ne coûtait rien, c'est compliqué de revenir en arrière...
Faire rentrer dans le crâne des consommateurs que l'avion à 50€ est une normalité c'est facile. On se prend les pieds dans le tapis un fois qu'il faut revenir à des réalités bassement matérielles... Un Boeing B737-MAX8-200 c'est 65 millions de dollars. Le Jet A1 c'est 0,55€ par litre...

En économie néo-libérale le mythe de la gratuité ou de la quasi-gratuité est assez puissant. On propose à jojo de payer 1€ en lui disant qu'il fait une affaire. Mais on oublie de dire à jojo que le produit ou service coûte en réalité 5-10 fois plus cher. C'est juste que quelqu'un d'autre paie la différence à sa place.

Et jojo se retrouve à pleurer sur son rond-point le lendemain parce que les infirmières de son hôpital sans en sac poubelle en guise de blouses pour bosser... Et il ne comprend même pas pourquoi il aurait une part de responsabilité dans tout cela.
Rwandair Express
A380
Messages : 7232
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Rwandair Express »

En Corse, la saison touristique menacée par les prix des transports

Après une saison 2023 en net repli sur l’île, les professionnels du tourisme redoutent une nouvelle baisse de la fréquentation cet été. En ligne de mire : le coût du voyage.

https://www.lepoint.fr/voyages/en-corse ... 539_44.php

Un article intéressant au sujet de La Corse. Depuis quelques années, l'exécutif de l'Ile a décidé de mettre en place des quotas sur des zones ou il y a une sur fréquentation et de mettre en place désaisonnalisation. A savoir concentrer la fréquentation touristique sur 8 mois et non sur 2 mois (il n y a d'ailleurs plus de promotions sur la période Juillet Aout).

Les professionnels le voient évidement d'un mauvais œil. Les prix des billets ont tendance à s'envoler car l'offre LCC est du coup moins importante, et il y a une forte concurence avec les appartements styles BnB mais aussi des personnes qui sont de plus en plus nombreuse à acheter une résidence secondaire.

Il y a aussi une volonté de développer le secteur des MICE (Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions). Moins de flux, mais une grosse valeur ajoutée surtout sur des périodes creuses). Ainsi que de diversifier la clientèle. Aller sur des marchés étrangers mais là aussi. Pas jouer sur le nombre mais sur la "qualité" (on peut comprendre attirer une clientèle aisée sans augmenter les flux de manière très importante) https://www.corsenetinfos.corsica/Angel ... 77709.html


Sous la pression l’exécutif Corse a décidé de signer un partenariat l'Agence de tourisme, la Fédération régionale des offices de tourisme et la compagnie Air Corsica, en proposant un « effort tarifaire » pouvant atteindre jusqu'à 30 % du prix du billet qui comprendra un package (hébergement éligible – hôtel, camping ou établissement labellisé). Une très bonne nouvelle selon une responsable de la compagnie Corse (Une mesure d'urgence censée « convaincre toujours plus de visiteurs de venir en Corse »).

Il va être intéréssant de voir quelle tête aura le tourisme Corse dans les prochaines années car l'idée d'éclater la fréquentation, la mise en place de quotas, combinée au développement du tourisme d'affaires est à mon sens intéréssant.


Pour le coup ça n'est pas un cas isolé. Cette question se pose aussi en Afrique, dont les économies de certains pays sont à des années lumières de La Corse. Le cas de Zanzibar ou du Kenya sont 2 cas intéressants au delà des traditionnels l’Égypte, Tunisie ou Maroc.

L'éléphant dans la pièce: Le surtourisme en Afrique https://www-travelweekly-com.translate. ... r_pto=wapp
Modifié en dernier par Rwandair Express le mar. 21 mai 2024, 12:39, modifié 1 fois.
Rwanda Aviation News (Drones, Air Force, Civil Aviation, Space, Air Balloon): https://www.facebook.com/RwandAn-Flyer-153177931456873
Erick
B777
Messages : 466
Enregistré le : sam. 3 juin 2017, 17:47

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Erick »

Le prix bas des low coasts est un leurre.Si vous voulez voyager dans des conditions décentes (par exemple avec sa valise cabine avec soi ce qui me paraît être la moindre des choses) ça s'appelle sur EJ Speedy Boarding,et dans ces conditions sur un trajet Lyon-Londres que je fais souvent,c'est aussi cher que BA ou un combiné TGV-Eurostar.pour moi qui n'aime pas l'avion en CC,le choix est vite fait!C'est d'ailleurs plutôt une bonne nouvelle qu'à conditions de confort équivalente l'avion soit plus cher que le train!
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

Oh bah tiens ! Un article de plus sur le surtourisme...
https://fr.euronews.com/voyages/2024/05 ... urtourisme

"Tout s'écroule" : Ibiza est la dernière destination espagnole à se battre contre le surtourisme
Une enseignante locale prend l'avion tous les jours pour se rendre à Ibiza et en revenir, car elle n'a pas les moyens de vivre sur l'île.

Le tourisme prive les habitants de la possibilité de vivre à Ibiza, affirment des militants.

Des militants descendent dans la rue ce week-end pour protester contre ce qu'ils appellent les inconvénients du tourisme.

Selon Prou Ibiza ("Assez d'Ibiza" en catalan), les infirmières et les policiers doivent vivre dans des voitures et des caravanes parce que les logements sont inabordables, et des opérations et des traitements contre le cancer ont été retardés parce que les médecins n'ont pas les moyens de vivre sur l'île blanche.

Les militants demandent aux autorités de limiter le nombre de lits touristiques à Ibiza, l'une des stations balnéaires les plus populaires d'Espagne.

Ils manifesteront aujourd'hui devant les bureaux du gouvernement de l'île blanche. Des manifestations sont également prévues à Majorque et à Minorque au cours du week-end.

Nous ne sommes pas contre le tourisme lui-même

Rafael Jimenez, porte-parole de Prou Ibiza, est un policier local originaire d'Ibiza qui s'est installé en Aragon, sur le continent espagnol, après en avoir eu assez du tourisme de masse.

"Nous ne sommes pas contre le tourisme en soi. Nous n'avons rien contre les gens qui viennent respecter notre île", explique-t-il à Euronews Travel.

"L'un des effets secondaires du tourisme de masse est l'augmentation des prix de l'immobilier. Tout le monde a l'impression que tout s'écroule. Plus de restaurants nécessitent plus de travailleurs, mais ces travailleurs ont besoin d'un endroit où vivre et il y en a dix qui cherchent chaque endroit. Des infirmières et des policiers vivent dans des caravanes".

M. Jimenez a quitté Ibiza, où il avait vécu la majeure partie de sa vie, parce qu'il "ne supportait plus l'atmosphère".

"J'ai une maison à Ibiza. Mais je n'en pouvais plus. Nous avons l'impression que le tourisme s'empare des lieux publics. C'est très cher", a-t-il ajouté.

Les Espagnols font des allers-retours à Ibiza pour travailler

Karla Andrade, 36 ans, enseignante et mère de famille qui travaille à Ibiza, a déménagé à Palma de Majorque. Elle prend l'avion pour se rendre à Ibiza plutôt que de payer le loyer élevé de l'île.

Elle prend 40 vols par mois, se levant à 6 heures du matin pour prendre l'avion et se rendre à son travail.

"Je ne pourrais pas me permettre de vivre à Ibiza compte tenu du coût du logement", a-t-elle déclaré à Atena 3, une chaîne de télévision espagnole.

Iván Fidalgo, de l'association des gardes civils des îles Baléares, estime que la hausse du coût du logement nuit aux services publics.

"Ils vendent Ibiza comme une station balnéaire de première classe, mais ce n'est pas le cas, car il n'y a même pas de services publics parce qu'il n'y a pas assez de personnes pour y travailler", explique-t-il à Euronews Travel.

Les îles Baléares, qui ont attiré 17,8 millions de touristes l'année dernière, sont la deuxième destination la plus populaire d'Espagne après les îles Canaries.

Le tourisme crée 200 000 emplois localement et génère chaque année 16 milliards d'euros de revenus, soit 45 % du produit intérieur brut des îles.

Le tourisme de masse suscite un mécontentement croissant en Espagne

Ibiza n'est pas le premier endroit d'Espagne à s'opposer à la pression exercée par le nombre croissant de touristes.

À Tenerife, l'une des îles Canaries, les habitants seraient également contraints de dormir dans des voitures et des grottes, les logements étant pris d'assaut par les organisations touristiques.

Dans la ville côtière de Malaga, les habitants ont recouvert les murs et les portes d'autocollants portant des inscriptions telles que "rentre, p*tain, chez toi" (a tu puta casa) et "chlingue le touriste" (apestando a turista).

Dans l'une des destinations touristiques les plus populaires de Minorque, le mauvais comportement des touristes a conduit les habitants à restreindre les heures de visite.


Mais sinon tout va bien et on peut continuer à croître toujours et encore plus. Le niveau de déni sur ce forum au nom de la "passion" je vous jure...
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Problématique particulière sur les îles, car la "diffusion" des touriste est limitée.

C'est bien d'ouvrir des lignes et d'augmenter les fréquences, mais si le territoire ne peut pas absorber l'afflux de personnes.

Désolé de ma naïveté, mais la solution parait simple :
:arrow: interdire les location meublées hors résidences touristiques;
:arrow: limiter les résidences secondaires.

comme ca les touristes seront dirigés vers les hotels.
ensuite le nombre d'hôtels, c'est un choix politique d'autoriser la construction.

mais cela régulera le tourisme et permettra un equilibre avec la population locale.

la destination que je trouve effrayante est la Laponie.
un petit territoire qui voit en peu de temps un fort afflux de touristes, env.4 mois par an, sans les infrastructures qui vont avec, dans un endroit en pleine nature, c'est problematique.

je ne suis pas contre les low cost et la deregulation du transport aérien, mais à un moment il faut fixer des limites.

mon raisonnement s'applique aussi à certains sites touristiques pas forcément accessibles en low cost.

j'ai parfois l'impression que le challenge désormais est de trouver des endroits à l'écart.

par contre un constat : les destinations "bas tarif", parce qu'une forte offre existe, a souvent des tarifs très élevés sur place (par ex.New York, Londres, Rome)
Come on, let's fly
urba31
B777
Messages : 471
Enregistré le : sam. 12 janv. 2019, 16:45

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par urba31 »

Pour ma part je choisis certaines de ces îles en dehors des mois d'affluence. En plus c'est moins cher autant pour l'avion que pour l'hébergement.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

Partir hors saison, étaler les pointes est effectivement une idée fréquemment avancée. Si le marché est libre, la fréquentation des lieux de tourisme héliotropique et/ou balnéaire selon une courbe gaussienne (pour les amateurs de maths :D ).

On voit que la pointe se lisse un peu au fur et à mesure que le marché grossit. Le taux de croissance en dehors de la pointe est plus important que sur la pointe.

Donc oui, a priori pour mieux remplir hors saison, mais dans un marché libre les bords de saison (shoulders) ne peuvent grossir que si tout le marché grossit. Donc les pointes sont encore plus saturées.

La question est tout sauf évidente et je pense qu'agir sur les imaginaires associés aux loisirs aurait davantage de poids.

On a de telles saturations parce qu'on nous sert toujours les mêmes fétiches comme Alpha et Omega de nos loisirs : la plage, le soleil, la baignade, le palmier.

60 ans de publicité autour de ce fétiche. Ce n'est pourtant pas le seul moyen de se ressourcer.

En se fixant moins sur ce type précis d'expérience on pourrait soulager davantage des endroits comme Ibiza.
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 11:56On a de telles saturations parce qu'on nous sert toujours les mêmes fétiches comme Alpha et Omega de nos loisirs : la plage, le soleil, la baignade, le palmier.

60 ans de publicité autour de ce fétiche. Ce n'est pourtant pas le seul moyen de se ressourcer.
Et donc vous proposez quoi ?
Un pays avec le parti au pouvoir qui attribue les lieux de vacances selon ses critères ? Il y a la Corée du Nord pour ça...

Si en France les côtes sont prises d'assault en été, il y a aussi d'autres sites fréquentés : la montagne, la campagne, les fleuves.

Le problème n'est pas où vont les gens mais comment les accueillir sur place.

Clairement internet a renforcé la notion de "hotspot" avec les destinations instagrambles comme le Mont Saint Michel.

Mais les Baléares ont longtemps été une destination touristique britanique et germanique. L'économie de l'île en bénéficie, le soucis est quand le tourisme prend trop de place.

Vers 2010 je suis allé plusieurs hivers aux Canaries. A l'epoque quasiment aucun vol de Paris et transit oblligatoire à Madrid. Désormais des vols quasi quotidiens vers chaque île. Mais les îles étant limitées en infrastructures, si l'amélioration des taux de remplissage des hôtels peut être une solution, il y a un moment où cela va coincer.

Alors quelle solution ? Limiter le transport aérien, peut être. Ou limiter la capacité d'accueil sur place, et le marché aérien se régulera.

Mais je peux vous citer des destinations que j'ai connu il y a plusieurs années qui sont devenues victimes du tourisme de masse, et pas dans le domaine "sea sex and sun" que vous décrivez.

Ne serait ce que l'Alsace en décembre.
Come on, let's fly
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

intheair a écrit : dim. 26 mai 2024, 12:40
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 11:56On a de telles saturations parce qu'on nous sert toujours les mêmes fétiches comme Alpha et Omega de nos loisirs : la plage, le soleil, la baignade, le palmier.

60 ans de publicité autour de ce fétiche. Ce n'est pourtant pas le seul moyen de se ressourcer.
Et donc vous proposez quoi ?
Un pays avec le parti au pouvoir qui attribue les lieux de vacances selon ses critères ? Il y a la Corée du Nord pour ça...
Mais pourquoi cette passion pour la Corée du Nord ? C'est une espèce de point Godwin du McCarthisme 2.0 ce truc.

On n'a pas eu besoin de la Corée du Nord pour imposer la carte postale de plage à palmiers comme image d'Épinal du tourisme. Seulement de publicité et de communication.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

intheair a écrit : dim. 26 mai 2024, 12:40
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 11:56On a de telles saturations parce qu'on nous sert toujours les mêmes fétiches comme Alpha et Omega de nos loisirs : la plage, le soleil, la baignade, le palmier.

60 ans de publicité autour de ce fétiche. Ce n'est pourtant pas le seul moyen de se ressourcer.

Mais je peux vous citer des destinations que j'ai connu il y a plusieurs années qui sont devenues victimes du tourisme de masse, et pas dans le domaine "sea sex and sun" que vous décrivez.

Ne serait ce que l'Alsace en décembre.
Bien-sûr que d'autres destinations non balnéaires sont saturées. Mais au global, les destinations balnéaires accueillent plus de monde en volume.

On peut ensuite ajouter certaines villes comme Paris, New York, Venise, etc.

Pour être efficace, il faut prioriser les grandes masses. Le balnéaire est le cœur de la fréquentation.
Modifié en dernier par Mickaël O'Limite le dim. 26 mai 2024, 15:28, modifié 1 fois.
Gosselies
A380
Messages : 4416
Enregistré le : jeu. 7 avr. 2016, 16:21

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Gosselies »

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 10:15
Karla Andrade, 36 ans, enseignante et mère de famille qui travaille à Ibiza, a déménagé à Palma de Majorque. Elle prend l'avion pour se rendre à Ibiza plutôt que de payer le loyer élevé de l'île.

Elle prend 40 vols par mois, se levant à 6 heures du matin pour prendre l'avion et se rendre à son travail.
Là, chapeau ! J'étais content de moi avec mes deux ou trois day-trips par mois, je suis tout simplement ridicule : elle en fait vingt !
Ceci, dans l'hypothèse où cette histoire est vraie, ce qui me paraît quand même fort improbable. On sait que nos amis escrolos n'hésitent jamais à "arranger" un peu la réalité lorsque celle-ci ne correspond pas à leurs fantasmes.
Modifié en dernier par Gosselies le dim. 26 mai 2024, 21:06, modifié 1 fois.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

À propos de Majorque : https://www.rtbf.be/article/majorque-le ... e-11379221

Surtourisme, à Majorque aussi les habitants de cette ile des Baléares en ont ras le bol et le font savoir

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Palma de Majorque contre le surtourisme, source de revenus pour l'archipel espagnol des Baléares mais frein à l'accès au logement pour les habitants.

Marchant derrière la bannière "Majorque n'est pas à vendre", les manifestants ont parcouru le centre de Palma. Les organisateurs pointent notamment du doigt le coût des logements sur cette île de la Méditerranée de moins d'un million d'habitants, en raison du tourisme de masse. L'Espagne, deuxième destination touristique au monde après la France, a accueilli 85 millions de visiteurs étrangers en 2023, selon les statistiques officielles. Sur ces 85 millions, 14,4 millions ont débarqué dans les îles Baléares, deuxième région d'Espagne en termes d'accueil de touristes.

Cette manifestation survient deux jours après l'effondrement jeudi d'un bar-restaurant situé sur le front de mer de Palma de Majorque, dans lequel sont morts deux jeunes touristes allemandes, un Sénégalais et une employée espagnole. L'archipel est particulièrement prisé des touristes allemands, britanniques et néerlandais. Des îles Baléares aux Canaries en passant par Barcelone et Malaga, les mouvements hostiles au surtourisme se multiplient en Espagne. Parmi les griefs mis en avant par les habitants figurent la pression immobilière, la multiplication des locations touristiques ayant contraint de nombreux habitants à fuir les centres-villes, ainsi que les nuisances sonores et environnementales.

Mais sinon, il faut continuer de croître à l'infini sans que cela ne cause aucun problème. Nos comportements de consommation ont des conséquences et partir dans ces lieux a des conséquences. Comme quand on achète un avocat importé ou un t-shirt produit dans une usine à esclaves du Bangladesh.
Rapson
A380
Messages : 2682
Enregistré le : lun. 9 oct. 2017, 17:05

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Rapson »

Paris : les magasins de souvenirs se réjouissent du retour des touristes (2022)
https://www.francetvinfo.fr/economie/to ... 14408.html


Tourisme : Le Cambodge se réjouit du retour progressif des touristes étrangers à Angkor

https://www.cambodgemag.com/post/touris ... %A0-angkor

Le retour des touristes provoque une chute record du chômage en Espagne

https://www.letemps.ch/monde/europe/ret ... ge-espagne

Il y a des articles sur presque toutes les destinations.
Comme quoi avec un peu de bon sens on peut trouver toute sorte d’article sur internet, pas seulement ce qui intéresse les ecolos
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 13:26Mais pourquoi cette passion pour la Corée du Nord ? C'est une espèce de point Godwin du McCarthisme 2.0 ce truc.
Aucune passion
Je cite simplement ce pays car son image dictatoriale est tres peu contestée.
Simplement que si vous voulez interdire aux gens d'aller en vacances à la plage l'été il faudra un système politique similaire.
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 13:31Pour être efficace, il faut prioriser les grandes masses. Le balnéaire est le cœur de la fréquentation.
Le breton que je suis a grandi près des plages, passait ses été allongé sur le sable où je révisais mes examens de fin d'année scolaire, avec réussite, simplement avec un ticket de bus.
Et en été j'allais dans de la famille qui habitait près de plages magnifiques.
Avec du monde, de la vie, une bonne ambiance et des souvenirs qui me sont gravés à jamais.
Des ambiances de legerté mais agréables, avec des touristes d'ailleurs qui donnaient de la vie.
Voilà les vacances balneaires pour moi.
Vous avez le droit de ne pas aimez mais n'interdisez à personne de le faire, surtout pas aux personnes vivant loin et devant prendre des vacances pour y aller.
Et c'est logique que des plages en juillet-août sont pleines, et moins hors saison.

Après je suis d'accord, il y a un problème parfois, non pas de tourisme de masse, mais de surtourisme.
Aux autorités locales de le réguler, il y a des solutions.
Et l'offre aérienne, qui nous occupe ici, s'adaptera.
Come on, let's fly
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

intheair a écrit : dim. 26 mai 2024, 18:21
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 13:26Mais pourquoi cette passion pour la Corée du Nord ? C'est une espèce de point Godwin du McCarthisme 2.0 ce truc.
Aucune passion
Je cite simplement ce pays car son image dictatoriale est tres peu contestée.
Simplement que si vous voulez interdire aux gens d'aller en vacances à la plage l'été il faudra un système politique similaire.
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 26 mai 2024, 13:31Pour être efficace, il faut prioriser les grandes masses. Le balnéaire est le cœur de la fréquentation.
Le breton que je suis a grandi près des plages, passait ses été allongé sur le sable où je révisais mes examens de fin d'année scolaire, avec réussite, simplement avec un ticket de bus.
Et en été j'allais dans de la famille qui habitait près de plages magnifiques.
Avec du monde, de la vie, une bonne ambiance et des souvenirs qui me sont gravés à jamais.
Des ambiances de legerté mais agréables, avec des touristes d'ailleurs qui donnaient de la vie.
Voilà les vacances balneaires pour moi.
Vous avez le droit de ne pas aimez mais n'interdisez à personne de le faire, surtout pas aux personnes vivant loin et devant prendre des vacances pour y aller.
Et c'est logique que des plages en juillet-août sont pleines, et moins hors saison.

Après je suis d'accord, il y a un problème parfois, non pas de tourisme de masse, mais de surtourisme.
Aux autorités locales de le réguler, il y a des solutions.
Et l'offre aérienne, qui nous occupe ici, s'adaptera.
Je pense que vous n'avez toujours pas compris mon point de vue. Absolument nulle part il est question d'interdire quoi que ce soit à qui que ce soit ; encore moins le balnéaire. Le problème vient de la concentration des déplacements aériens vers ce type spécifique de destination. Une solution est de promouvoir des alternatives d'activités touristiques qui impliquent de ne pas forcément prendre l'avion et/ou de tous s'agglutiner en bord de mer.

Ce qui se passe aux Baléares devrait sérieusement interpeller tous les professionnels du transport aérien dont l'activité couvre partiellement ou intégralement des déplacements touristiques estivaux balnéaires.

On vient d'atteindre des proportions d'accumulation et de concentration qui génèrent plus de problèmes que d'avantages.

Ce sont des sujets qui devraient être abordés dans ce forum. Ils menacent directement le cœur du fonctionnement du transport aérien moyen-courrier contemporain.

Si la plupart des compagnies aériennes continuent de concentrer leurs efforts de développement dans des endroits qui souffrent de nombreux problèmes comme la sécheresse, les incendies, le mal logement ou la pollution marine, combien de temps encore ces entreprises pourront fonctionner si elles ne savent faire que ça ?

Je pense à Easyjet, Jet2, Ryanair, Transavia ou Volotea par exemple.

Que fera Volotea quand un île grecque aura intégralement pris feu ? Que fera Easyjet quand il y aura une pénurie d'eau potable à Palma ? Que de fera Transavia quand ses passagers se feront invectiver ou agresser par des habitants excédés dans les rues de Séville ou de Barcelone ?

Va franchement falloir se réveiller.
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Interessant, vous delivrez votre discours sans lire les arguements qui vous sont renvoyé...

Je n ai pas l'impression de defendre le surtourisme.
Par contre le tourisme de masse vers les stations balneaires ne me choque pas.
L'Espagne a construit son modèle touristique ainsi avec un certain succès économique il faut dire.

Si les compagnies arrivent à ouvrir des lignes et remplir leurs avions, c'est qu'il y a de la demande pour ces destinations.
Si la demande est trop forte pour la destination, à elle de prendre les mesures qu'il faut.
Come on, let's fly
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 392
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

La frontière entre le tourisme de masse et le surtourisme. Après il n'y a pas de définition clairement établie pour chaque notion. Donc on peut être parfaitement d'accord effectivement. Que les vacances et le voyage puissent demeurer accessible pour une large partie de la population oui, quel que soit l'endroit.

Le problème est dans l'uniformisation de la consommation touristique et le consumérisme promu par de nombreux opérateurs. Tout cela se fait à force d'accumulation au détriment des territoires, des populations locales et de l'environnement.

Après, même la Bretagne souffre d'un trop plein de fréquentation touristique. L'accumulation de résidences secondaires et de résidences de tourisme génère de sérieux problèmes de logement.
Rwandair Express
A380
Messages : 7232
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Rwandair Express »

Rapson a écrit : dim. 26 mai 2024, 17:54 Paris : les magasins de souvenirs se réjouissent du retour des touristes (2022)
https://www.francetvinfo.fr/economie/to ... 14408.html


Tourisme : Le Cambodge se réjouit du retour progressif des touristes étrangers à Angkor

https://www.cambodgemag.com/post/touris ... %A0-angkor

Le retour des touristes provoque une chute record du chômage en Espagne

https://www.letemps.ch/monde/europe/ret ... ge-espagne

Il y a des articles sur presque toutes les destinations.
Comme quoi avec un peu de bon sens on peut trouver toute sorte d’article sur internet, pas seulement ce qui intéresse les ecolos
Attention pour Le Cambodge, on est dans le cas du on a besoin de touristes. On a ouvert les vannes mais trop longtemps. On est maintenant dans une situation compliquée. le site est complétement saturé. A tel point que les autorités ont dit non à un projet de Disneyland Cambodgien près du temple (https://www.google.com/search?q=angkor+ ... s-wiz-serp)

https://www.google.com/search?q=angkor+ ... s-wiz-serp

Dans ce reportage de France 2, on a l'interview d'un guide (qui vit donc essentiellement tourisme) qui explique aux touristes Français les conséquences du tourisme de masse. Les racines des arbres qui permettent de retenir les pierres des temples, ne poussent plus et donc pierres s’effondrent avec le risque de blesser ou tuer un touriste. Ils ont d'ailleurs du fermé des temples pour rénovation.

https://www.youtube.com/watch?v=R1LiYH4 ... TVNewDelhi

A l'instar du Machu Pitchu, ou même ce que l'on voit de plus en plus concernant l'Everest. Des files interminables d’alpinistes à plus de 8 000m et des camps de bases qui sont devenues les décharges les plus hautes du monde
Des photos de cet embouteillage ont fait le tour du monde. Elia Saikaly, alpiniste canadien, entamait ce jour-là sa huitième ascension. "On a dû doubler 40 ou 60 personnes", raconte-t-il à France 24. "Entre le camp 3 et le camp 4, nous avons croisé six personnes qui étaient décédées."https://www.france24.com/fr/20190613-ev ... e-himalaya
On va me dire que des morts il n y en a toujours eu, mais au vu du nombre de touriste il y a en a de plus en plus. Ce qui doit surement saturer les services d'urgences Népalais ou l'armée Népalaise qui doivent intervenir https://www.google.com/search?client=fi ... erest#ip=1

Le tourisme de masse est parfois quelque chose d'insidieux (quand il n'a pas été voulu à la base comme en Espagne ou en Grèce).

Il y a toute un tas de signaux faibles. Des signaux qui montrent que quelque chose arrive mais que les conséquences ne se voient pas immédiatement.

Un exemple tout bête et qui est récurent. Un tournage d'un film, un clip ou alors vous savez qu'une star ou un influenceur va venir visiter. Cela part d'une bonne initiative puisque vous vous dites que ça vous permettra de promouvoir un site magnifique mais peu connu. Développer effectivement certaines infrastructures et apporter de l'emploi.

Le soucis c'est que derrière il faudra anticipez la forte affluence que cela va générer. Sinon vous allez vite vous retrouver déborder et vous serez dans l'obligation d'appliquer des mesures radicales. Peu importe le domaine dans lequel vous exercez si vous en êtes arrivé à appliquer des mesures radicales c'est que vous êtes à deux doigts de la catastrophe

Au mieux appliquer des quotas, étendre la saisonnalité, diminuer la promotion d'un site si ce qui se fait en Corse en période de pointe. Ou certains pays ou certaines régions jouent avec les algorithmes pour déclassifier certains sites populaires (https://www.ecommercemag.fr/Thematique/ ... 247496.htm).

Au pire on ferme carrément des lieux.

En Thaïlande la célèbre plage ou a été le film La Plage avec Di Caprio, Guillaume Canet et Lætitia Casta a été fermé. Les autorités étaient complétements débordés par l’affut de touristes (https://www.france24.com/fr/20181003-th ... e-tourisme).

Même chose en Australie avec le fameux rocher rouge ou là on touche à quelque de plus important. C'est un lieu sacré pour les Aborigènes ((https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/ ... 47194.html)). Ayant de la famille en Australie, je peux vous dire que les Abrogiènes représente la part de la population la plus paupérisée en Australie (ma tante Australienne les côtoient dans des associations). Hors des villes, certains vivent encore des réserves. Je doute que l'on peut les traiter d'écolos car pour le coup eux ils souffrent https://www.lepoint.fr/monde/colere-et- ... 382_24.php

En Islande le canyon Fjadrargljufur est en partie fermée sur une période de l'année en raison de l'augmentation des visiteurs suite à un clip de Justin Beiber https://www.lepoint.fr/monde/islande-un ... 104_24.php

Faut se dire une chose, dans les cas que j'ai cité ce sont des régions voir des pays entiers qui vivent du tourisme. Néanmoins ce sont les premiers témoins du sur tourisme car ils voient au quotidien la dégradation des sites et toute la pollution engendrée.

Dans les pays pauvres les conséquences sont plus catastrophiques. Certains pays n’ont pas d'industrie et sont dépourvus de richesses au niveau des sous sols. Le touriste venant de France aura surement de la chance de consommer une bouteille d'eau fabriquée dans la distillerie du coin ou de profiter d'un buffet à volonté avec le nourriture importer. Mais l'employé de l’hôtel qui vit à 30 min de l’hôtel verra lui au quotidien la destruction de son eco système avec comme conséquences la disparition de certaines espèces d'animales (qui lui permet parfois de se nourrir) ou la pollution des sols avec l'incapacité de cultiver des fruits ou légumes.

Et se pose aussi le déplacement de population comme c'est le cas au Cambodge ou il y a un un quiproquo. L'UNESCO qui demande souvent de re localiser la population vivant sur des sites protégés dans des zones qui seront prévues à cet effet et dans des habitations dignes de ce nom. Les autorités du pays en profitent pour expulser les habitants non pas dans un souci écologique mais pour amener plus de touristes et s'appuient sur les recommandations de l'UNESCO. Du coup des ONG s'indignent.

Mais au bout du compte la 1ere victime ici ça n'est pas le touriste, mais bien la famille qui elle ce qu'elle demande. C'est de vivre du tourisme et surtout d'avoir un logement décent et qu'on lui laisse le choix de choisir son nouvel habitat et qu'on lui apporte une aide.

https://www.google.com/search?q=angkor+ ... -serp#ip=1

On a pas besoin d'être membre de Greenpeace, être abonné à la newsletter de Reporterre ou être un écolo extrémiste pour se poser des questions, quand à l'évolution du tourisme. Je travaille dans l'aérien (dont les touristes représentent une part importante de mon activité) et ai fait des études en Hôtellerie / Géographie touristique et je suis loin de cocher toutes ces cases

Néanmoins il faut penser à une chose. Si l'outil est détruit par le sur tourisme les touristes iront ailleurs (pas de soucis pour eux). Par contre pour la population locale personne ne viendra l'aider et se retrouvera totalement démunie surtout dans les pays pauvres ou l'économie ne pourra pas faire face à la disparition du tourisme. Donc il vaut mieux être dans une situation curative que palliatif.

Donc oui continuer à voyager, mais ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas se préoccuper des personnes qui vivent du tourisme surtout dans des régions ou le sur tourisme est légion.
Rwanda Aviation News (Drones, Air Force, Civil Aviation, Space, Air Balloon): https://www.facebook.com/RwandAn-Flyer-153177931456873
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Mickaël O'Limite a écrit : lun. 27 mai 2024, 08:09 La frontière entre le tourisme de masse et le surtourisme. Après il n'y a pas de définition clairement établie pour chaque notion.

Après, même la Bretagne souffre d'un trop plein de fréquentation touristique. L'accumulation de résidences secondaires et de résidences de tourisme génère de sérieux problèmes de logement.
La frontiere est simple : entre le tourisme qui est bénéfique au territoire et le tourisme qui est nuisible au territoire.

La Bretagne ?
La problématique des îles oui. J'ai lu que Brehat a limité le flux de touristes quotidien. Possiblement des problematiques sur d'autres îles aussi. Mais la solution existe.
Ailleurs ? Oui Vannes et Quimper doivent saturer parfois l'été quand ce n'est pas un temps de plage.
Saint Malo ? La problématique y est complexe (parisiens navetteurs post covid, les pendulaires Rennais) mais la ville a pris le problème à bras le corps en limitant les implantations Airbnb. Mais si l'été il y a une très forte fréquentation, ça fait partie du jeu et les plages ne sont pas saturées.

Ce que doivent faire les destinations c'est de chercher de la croissance qualitative. Moins de monde mais qui depensent plus.

Ce n'est pas donné à tous les endroits, certains n'ont pas de choix que d'accepter le tourisme de masse sans limite car l'économie du pays en dépend.

D'autres par contre, malgré un accès très cher sont saturés et pas forcément par l'aviation à bas tarifs. Je pense à la Suisse, où les villes de Interlaken et Lucerne saturent du tourisme.
Come on, let's fly
Répondre

Retourner vers « Compagnies aériennes d'Europe »