Ryanair - discussion générale

Le forum sur Ryanair
Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 11388
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par Flyzen » dim. 3 janv. 2010, 13:53

Je ne vois pas ce qu'il y a de viscéral a faire un lien sur un article de presse,
... je n'ai nullement l'intention de m'en passer, ni de me faire dicter une conduite et de plus, a mon gré, d'y ajouter un commentaire perso !

Comme a ma connaissance le lecture de capaero n'a pas un caractère obligatoire donc peut être que t'en abstenir serait une bonne chose pour toi !
Et surtout si tu pouvais me lacher !!!
Michel

jsd95
A321
Messages : 209
Enregistré le : mar. 23 sept. 2008, 23:27

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par jsd95 » dim. 3 janv. 2010, 21:26

Flyzen a écrit :A lire, c'est l'interessé qui le dit !!!
O'Leary: people want me dead
http://www.independent.ie/national-news ... 97064.html" onclick="window.open(this.href);return false;

... je pense que people doit aussi inclure les actionnaires !
Je pense surtout, à la lecture de l'article, que MOL parle au 8e degré pour provoquer comme d'habitude et qu'il surfe complètement sur les médias. Il connaît mieux que quiconque comment entourlouper un journaliste, et il s'y prend à merveille. Le piège... c'est de prendre cet article au pied de la lettre.

Avatar du membre
Lolodesbois
Modérateur
Messages : 1127
Enregistré le : dim. 9 nov. 2008, 20:12
Localisation : LFST/LFJL/EDSB/EDTL/LFSN/LFSG

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par Lolodesbois » dim. 3 janv. 2010, 21:45

Il a quand même l'art de faire le buzz ce garçon ;)

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par AVION » dim. 3 janv. 2010, 23:03

Lolodesbois a écrit :Il a quand même l'art de faire le buzz ce garçon ;)
Oui, il a tout compris, comme faire parler de sa société sans dépenser.

Mais ça dérange, on aime ou on déteste pas de demi-mesure

Avatar du membre
Lolodesbois
Modérateur
Messages : 1127
Enregistré le : dim. 9 nov. 2008, 20:12
Localisation : LFST/LFJL/EDSB/EDTL/LFSN/LFSG

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par Lolodesbois » lun. 4 janv. 2010, 10:33

AVION a écrit : Oui, il a tout compris, comme faire parler de sa société sans dépenser.

Mais ça dérange, on aime ou on déteste pas de demi-mesure
J'admire le personnage qui a su dévelloper sa petite compagnie régionale :roll: , son attitude m'exaspère et je pense toujours que celle-ci va finir par se retourner contre Ryanair .... peut être ai-je tort !

roman.observer
A320
Messages : 156
Enregistré le : mar. 4 août 2009, 18:40
Contact :

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par roman.observer » lun. 4 janv. 2010, 13:09

Ryanair épinglé pour pratiques "puériles"

Le patron de l'Office of Fair Trading (OFT), le gendarme de la concurrence au Royaume-Uni, a épinglé comme "puériles" certaines pratiques tarifaires de la compagnie aérienne à bas coût Ryanair. Dans une interview au quotidien britannique The Independent, John Fingleton, qui ne s'exprime pas souvent de cette manière, s'en prend particulièrement à la pratique des cartes de crédit payantes, des frais qui n'apparaissent qu'en fin de transaction.

Ryanair, qui se targue que tous les frais annexes sur ses lignes soient optionnels, offrait le paiement gratuit par Visa Electron jusqu'au 31 décembre, une carte peu répandue. La compagnie a changé de partenaire gratuit, optant pour la Mastercard Prepaid, pas très courante non plus. Les détenteurs de Visa Electron doivent désormais payer cinq livres ou cinq euros par achat, comme avec les autres cartes.

M. Fingleton dénonce ce "petit jeu" de Ryanair qui revient selon lui à "se moquer" de la clientèle. Il estime aussi que la manière dont Ryanair, comme d'autres compagnies aériennes, impute directement des frais d'assurance sur le prix de ses billets, à charge pour le client de les ôter lui-même s'il ne souhaite pas cette assurance, est "dans la zone grise" de la légalité.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/ ... eriles.php" onclick="window.open(this.href);return false;
http://airobserver.wordpress.com/" onclick="window.open(this.href);return false;

roman.observer
A320
Messages : 156
Enregistré le : mar. 4 août 2009, 18:40
Contact :

Ryanair menace d'arrêter ses vols à partir de Poitiers

Message par roman.observer » lun. 4 janv. 2010, 13:10

Ryanair pourrait quitter l'aéroport de Poitiers, faute de recevoir “ une contribution ” en hausse des collectivités. Payer or not payer ? That is the question…


Les trois lignes aériennes qui desservent le Royaume-Uni au départ de Poitiers passeront-elles l'année ? Ryanair, la compagnie aérienne à bas coût arrivée en 2003 en échange de « contributions marketing », exige une rallonge en 2010 pour maintenir ses vols vers le Poitou (lire ci-contre). Un supplément de l'ordre d'un million d'euros d'argent public que les élus de la Vienne renâclent à verser, même si Ryanair fait travailler indirectement 150 personnes à l'aéroport.
Le conseil général des Deux-Sèvres a aussi été sollicité. Le dossier n'a pas encore été débattu, mais il y a peu de chance qu'il suscite un enthousiasme démesuré. « Les collectivités doivent-elles payer ce que les passagers ne paient pas ? » s'interroge ainsi Alain Mathieu, vice-président du conseil général des Deux-Sèvres.
La suppression des lignes reliant Poitiers à Londres-Stansted, Birmingham et Edimbourg serait un coup rude pour l'importante communauté britannique en Poitou-Charentes.Selon les dates de réservation, un aller-retour coûte entre 100 € et 200 €. Même au prix fort, c'est moins cher qu'un vol Air France ou British Airways au départ de Paris. « Cette année, nous avons voyagé six fois vers Birmingham et Stansted, explique ainsi David, un Anglais installé avec son épouse depuis deux ans à Saint-Larry, près de Parthenay. Nous avons choisi ce village pour la proximité avec l'aéroport de Poitiers. Ma femme a encore des activités professionnelles en Angleterre, et nos parents sont âgés. Ces vols nous permettent d'aller les voir rapidement lorsque c'est nécessaire. Je suis surpris que Ryanair envisage d'arrêter ces vols : les avions sont toujours pleins. » Ryanair a d'ailleurs dégagé 380 millions d'euros de bénéfices en 2009. Si l'aéroport de Poitiers perdait ses liaisons britanniques, David et sa femme devraient se reporter sur ceux de La Rochelle, Nantes, Limoges et Bordeaux. La compagnie irlandaise le sait bien, et elle n'hésite pas à faire jouer la concurrence dans la région pour exiger ses subventions.
http://www.lanouvellerepublique.fr/doss ... tor=RSS-13" onclick="window.open(this.href);return false;
http://airobserver.wordpress.com/" onclick="window.open(this.href);return false;

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par AVION » lun. 4 janv. 2010, 17:04

GB: l'autorité de concurrence accuse Ryanair de pratiques "puériles"

La manière de Ryanair d'ajouter de multiples coûts à ses tarifs de base a été dénoncée lundi par l'autorité de concurrence britannique, mais la compagnie a balayé l'argument estimant que ses chiffres de fréquentation en hausse exponentielle parlaient d'eux-mêmes

C'était à prévoir :lol:

Avatar du membre
Flyeco
B747
Messages : 579
Enregistré le : mar. 21 avr. 2009, 22:46

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par Flyeco » lun. 4 janv. 2010, 18:26

AVION a écrit : C'était à prévoir :lol:
Il a raison !

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 11388
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par Flyzen » mar. 5 janv. 2010, 08:18

Lolodesbois a écrit :J'admire le personnage qui a su dévelloper sa petite compagnie régionale :roll: , son attitude m'exaspère et je pense toujours que celle-ci va finir par se retourner contre Ryanair .... peut être ai-je tort !
J'ai déjà reconnu le "travail passé" également ( admirer ... faut pas pousser) en fait avoir fait bouger les choses dans le TA en Europe en s'inspirant ,uniquement, de ce qui existait déjà aux USA.
Toutefois avoir été quelqu'un ne signifie pas l'être au présent et encore moins au futur !
... et la sur-communication peut parfois jouer de très mauvais tours !
Michel

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par AVION » jeu. 7 janv. 2010, 19:11

Voilà voilà, comme prévu :mrgreen:

Italie: Ryanair revient sur sa décision de suspendre les vols domestiques

Ryanair est revenue jeudi sur sa décision de suspendre ses vols intérieurs en Italie après être parvenue à un accord avec les autorités sur l'identification des passagers, ont indiqué la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts et les autorités

roman.observer
A320
Messages : 156
Enregistré le : mar. 4 août 2009, 18:40
Contact :

Re: ryanair 2010 et si MOL ne passait pas l'hiver ?

Message par roman.observer » ven. 8 janv. 2010, 12:44

Ryanair : l'Etat doit faire respecter le droit pour la CGT

François Delétraz
07/01/2010 | Mise à jour : 17:34 | Commentaires 4 | Ajouter à ma sélection
Les conditions tarifaires imposées par Ryanair aux aéroports qui l'accueillent, dénoncées par lefigaro.fr il y a un an et demi sont restées sans suite. La CGT relance le débat sur les pratiques de la compagnie aérienne irlandaise à bas coût, sur la question des cotisations sociales.

En juillet 2008, lefigaro.fr publiait en exclusivité une enquête sur les très curieuses relations commerciales que la compagnie Ryanair entretenait avec les aéroports qu'elle desservait. Les multiples rapports des chambres régionales des comptes, dont nous faisions la synthèse, étaient éloquents.

Outre l'exigence de tarifs très préférentiels demandés aux aéroports, la compagnie irlandaise conditionnait sa venue à la signature d'un contrat dit «de promotion» avec l'une de ses filiales. De tels agissements, totalement contraires au droit communautaire, sont curieusement restés sans réaction, les plus hautes instances de l'Etat, dont le rôle est pourtant de notifier à Bruxelles de telles pratiques, préférant visiblement gagner du temps. Alors, Ryanair, intouchable ? Pas si sûr ! Car le vent favorable à cette compagnie est peut-être en train de tourner. La contestation est arrivée de là où on ne l'attendait pas forcément. De la CGT ! Ce syndicat s'est en effet inquiété des conséquences sociales de la création par la compagnie d'une base à Marseille, dont les salariés, ne bénéficiant pas de contrat de droit français, ne cotisent pas auprès des organismes sociaux du pays dans lequel ils vivent.

Ainsi, le 2 décembre dernier, la CGT a-t-elle été reçue par le directeur de cabinet du secrétariat d'Etat aux Transports, Marc Hamy, qui était accompagné d'un représentant de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Objet de ce rendez-vous : «Demander à l'Etat de faire appliquer le droit, car on a l'impression qu'il joue la montre», confie José Rocamora, le secrétaire du syndicat CGT Air France.



C'est d'ailleurs la compagnie nationale qui, à Marseille, a décidé d'aller devant la justice pour contester la très surprenante différence de tarifs des redevances passagers selon qu'ils partent des terminaux 1 ou 2. À la suite de cette procédure, le conseil d'Etat a annulé le 7 mai 2008 les tarifs 2006 et 2007 au départ mp2, et le 26 décembre 2008 les tarifs 2008 au départ des terminaux mp1 et mp2. A titre d'exemple, le tarif de la redevance passager Europe au terminal MP2 était, en 2007, de 1,22 euro par passager, elle été revalorisée à 2,85 euros après la décision du conseil d'Etat. Le tarif du terminal 1 restant à 6,12 euros.

L'Union interfédérale des transports CGT a décrit dans un préambule le fonctionnement de Ryanair à l'aéroport de Marseille-Provence, mettant en évidence le non-respect des règlements nationaux et communautaires. «Avec pourtant un chiffre d'affaires de 260 millions d'euros, Ryanair s'exonère du paiement des taxes et des cotisations sociales, précise le syndicat, ce qui constitue un dumping face à ses concurrents.»

Dans une note interne du 15 novembre 2005 dont lefigaro.fr a pu prendre connaissance, l'aéroport précise à ses collaborateurs que «les conditions de coût très favorables faites à Ryanair ne permettent pas de satisfaire à ses exigences en termes de rentabilité et qu'il convient donc de compenser par un accompagnement sous forme d'aide financière». Cela débouchera en 2006 sur un contrat avec Airport Marketing Service, l'une des deux filiales marketing de Ryanair, l'autre étant Leading Verge, dont le siège social se trouve sur l'île de Man. En lisant cette note, on comprend que les tarifs des redevances passagers ainsi que le montant de la subvention marketing ont été fixés de façon à répondre aux vœux de la compagnie à bas coût. D'après les calculs de la CGT, la somme des cotisations sociales non payées, des redevances réduites et des subventions représente 38 euros par aller-retour vendu.

Protestations du président du conseil général de Charente

Les exigences de Ryanair ont d'ailleurs récemment donné lieu à un coup de gueule de Marc Boutat, le président du conseil général de Charente, lequel a dénoncé le «chantage» de la compagnie, qui demandait aux partenaires publics une rallonge de 175.000 euros pour continuer à opérer depuis l'aéroport de Angoulême - Brie Champniers, «sachant que l'accord conclu pour 2007-2012 prévoyait déjà le versement de 925.000 euros».

«Il est vrai que cette compagnie n'a pas le même niveau de courtoisie que les autres», confie, très diplomate, Hervé de Place, le président du directoire des aéroports de la Côte d'Azur qui gère celui de Nice, où la compagnie irlandaise ne représente que 0,7% des passagers et n'a donc pu imposer ses règles comme elle le fait dans les petits aéroports où elle est seule à opérer.

Quand Ryanair déserte l'EuroAirport de Bâle-Mulhouse

L'EuroAirport de Bâle-Mulhouse vient de subir le diktat de Ryanair. N'ayant pu tenir les volumes de trafic sur lesquels elle s'était engagée et ne pouvant donc prétendre aux réductions de tarifs qui y étaient liées, la compagnie irlandaise a, en cours de contrat, exigé des «aménagements de tarifs». L'EuroAirport, qui est un organisme trinational et a donc une obligation de transparence, n'a pas voulu et pas pu se soumettre. En 2008, la compagnie irlandaise a donc décidé de suspendre ses vols pendant six semaines, mettant ses premières menaces à exécution. Puis le couperet est tombé fin 2009 avec une suspension totale des vols.

L'EuroAirport étudie actuellement les suites juridiques à donner à cette rupture de contrat. Avec 150.000 passagers, Ryanair représentait 3,5% du trafic de cet aéroport, peu de chose pour une compagnie qui en transporte 50 millions par an, mais c'est pour elle une manière de dire aux autres aéroports : «Si vous ne faites pas ce que je veux, voilà ce qui vous pend au nez.»

Manchester et Mulhouse ont refusé les conditions de Ryanair

Cette mésaventure est aussi arrivée à l'aéroport de Manchester, qui, comme Mulhouse, avait refusé de baisser ses tarifs. «La totalité des aides et tarifs de faveur attribués à Ryanair représente son bénéfice annuel, tonne José Rocamora. Il s'agit d'une flagrante distorsion du principe de la concurrence.»

La direction générale de l'aviation civile, que nous avons interrogée, se dit «particulièrement vigilante sur la question du respect du droit social» et affirme que «s'il n'est pas respecté, des poursuites pénales seront engagées». Quant aux subventions déguisées, elle souligne qu'elle a notifié à Bruxelles en 2007 le cas de Pau et… attend la réponse des instances bruxelloises.

Il reste néanmoins surprenant que les rapports des chambres régionales des comptes, qui pointaient entre autres Biarritz, Carcassonne, Beauvais, Brest ou Tours, n'aient toujours pas été suivis d'effet. Sans ces aides diverses, Ryanair ne pourrait pas opérer sur des aéroports aussi secondaires avec des tarifs aussi bas et des bénéfices aussi importants.

http://www.lefigaro.fr/societes/2010/01 ... a-cgt-.php" onclick="window.open(this.href);return false;
http://airobserver.wordpress.com/" onclick="window.open(this.href);return false;

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: Ryanair

Message par AVION » dim. 17 janv. 2010, 11:17

According to IrishCentral:

Ryanair has announced it will go ahead with controversial plans to charge passengers for using toilets during flights. The charge, of between $1.40 and $1.60 depending on currency, would operate on flights of one hour or less, a spokesperson Stephen McNamara told the Irish Times.
That means it would affect most if not all flights between Britain and Ireland.

The airline’s inflight magazine says the introduction of coin-operated toilets would reduce fares by at least 5 percent. Ryanair also wants to reduce the number of toilets on the plane to make room for six extra seats.

The measure must still gain the approval of authorities.

“One toilet will discourage overdependence,” McNamara told the Times. “There is nothing in the rule book to say that an aircraft has to have any toilets at all, which might sound strange, but we believe three toilets are excessive.”

In a BBC interview in February last year Michael O’Leary first suggested he was considering charging people for using toilets on flights. The announcement caused a furore, and he later admitted it had been little more than a publicity stunt.

At the time, he told the BBC, “People might have to spend a pound to spend a penny in future.” O’Leary added, “We’re always, in Ryanair, looking for ways of making it affordable, and easier, to fly with us.”

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: Ryanair

Message par AVION » mar. 19 janv. 2010, 18:58

Le patron de Visa Europe critique la politique tarifaire de Ryanair

Le patron de Visa Europe, Peter Ayliffe, a critiqué mardi l'application de frais supplémentaires au moment du paiement par carte bancaire par la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 11388
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: Ryanair

Message par Flyzen » jeu. 21 janv. 2010, 12:34

AVION a écrit :... Le patron de Visa Europe, Peter Ayliffe, a critiqué mardi l'application de frais supplémentaires au moment du paiement par carte bancaire par la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair
Facile a cette personne de règler ce problème, supprimer ryanair du reseau "commerçants" visa, a mon avis une solution serait vite trouvée

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: Ryanair

Message par AVION » mar. 9 févr. 2010, 16:31

40ème base à Kaunas

http://ryanair.com/en/news/ryanair-anno ... -lithuania" onclick="window.open(this.href);return false;

AVION
A380
Messages : 14770
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008, 12:13
Localisation : PARIS

Re: Ryanair

Message par AVION » mar. 23 févr. 2010, 12:42

Et ça continue

Italie: Ryanair arrête sept liaisons

Ryanair a interrompu la desserte entre l'aéroport d'Alghero, en Sardaigne, et sept autres villes italiennes et européennes (Bruxelles-Charleroi, Barcelone-Reus, Bari, Brescia, Brême, Liverpool et Paris-Beauvais), a annoncé mardi la compagnie aérienne irlandaise.

"Malheureusement, le manque de soutien de la part de l'administration locale et de l'aéroport pour un développement de Ryanair à Alghero a entraîné l'annulation de sept liaisons Ryanair" à partir de cette ville du nord-ouest de la Sardaigne, selon le communiqué de la compagnie.

"Ryanair présente ses excuses auprès des passagers touchés par ces annulations et restera en contact avec eux pour un dédommagement intégral", précise la compagnie, qui dessert 23 aéroports dans la péninsule.

Avatar du membre
Flyzen
A380
Messages : 11388
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 07:14
Localisation : Vendée (proche 44)

Re: Ryanair

Message par Flyzen » mer. 3 mars 2010, 18:16

AVION a écrit :Et ça continue
Italie: Ryanair arrête sept liaisons
Ryanair a interrompu la desserte entre l'aéroport d'Alghero, en Sardaigne, et sept autres villes italiennes et européennes (Bruxelles-Charleroi, Barcelone-Reus, Bari, Brescia, Brême, Liverpool et Paris-Beauvais), a annoncé mardi la compagnie aérienne irlandaise.
Grenade en Espagne suivrait la mme voie et ne renouvellerait pas le contrat "d'aide au marketing" avec ryanair a sa prochaine echenace (proche)
... et oui les contats pluriannuels qui arrivent a echeance vont maintenant "parler" en matière de résultats !

roman.observer
A320
Messages : 156
Enregistré le : mar. 4 août 2009, 18:40
Contact :

Ryanair, un succès qui dérange

Message par roman.observer » mer. 17 mars 2010, 11:31

La compagnie irlandaise symbolise le fulgurant succès du modèle « low cost » en Europe. Sa prospérité repose sur les aides marketing que lui accordent les aéroports régionaux et qui pourraient s'élever à quelque 195 millions d'euros. Air France l'attaque à Bruxelles pour concurrence déloyale.

Hormis quelques cruciverbistes acharnés, qui connaît Knock, Reus, Bydgoszcz, Cuneo ou encore Cluj Napoca ? Ces obscures bourgades européennes accueillent pourtant chaque année des centaines de milliers de voyageurs, qui n'auraient probablement jamais pensé y mettre les pieds, si les fées « low cost » n'étaient venues les sortir de l'anonymat. A l'instar du chemin de fer au XIX e siècle, les compagnies à bas coûts ont en effet dessiné une nouvelle carte de l'Europe, où Beauvais a remplacé Paris, Hann est devenu Francfort, Reus est Barcelone, tandis que Bydgoszcz ou Carcassonne offrent plus de lignes sur la Grande-Bretagne que Strasbourg ou Lyon. Au cours des cinq dernières années, le trafic des compagnies à bas coûts européennes a plus que doublé, pour atteindre 162,5 millions de passagers l'an dernier, soit 35 % du trafic aérien intra-européen.

Le secteur a ses stars, comme easyJet, bien sûr, mais surtout l'irlandais Ryanair, devenu la véritable « bête noire » de ses adversaires, au premier rang desquels Air France. Première compagnie à avoir porté plainte dès 2003 contre les aides versées par l'aéroport de Strasbourg à Ryanair, le groupe français est reparti à l'assaut en déposant, en novembre dernier, une nouvelle plainte devant la Commission européenne contre les aides versées à Ryanair par 25 aéroports régionaux français. La croissance insolente de l'irlandais est passée par là. A lui seul Ryanair pourrait transporter plus de passagers qu'Air France-KLM dans le monde cette année. Une montée en puissance que les édiles locaux français, comme la plupart de leurs confrères européens, ont amplement favorisée. Avec 26,5 millions de passagers l'an dernier, soit près de 1 million de plus qu'en 2008, les compagnies à bas coûts représentent aujourd'hui 18,9 % du trafic des aéroports français -contre 2,9 % en 2001 -et 28,1 % pour les seuls aéroports de province. Un phénomène qui irrite et suscite des critiques de plus en plus virulentes.
Ristournes et aides marketing

Stopper l'irrésistible ascension de Ryanair ? Air France n'est pas seul à s'y essayer. Les principales organisations syndicales du groupe, la CGT, l'Unac et le SNPL, ont elles aussi déposé plainte contre l'irlandais pour « travail dissimulé » et « entrave à la liberté syndicale ». Une façon de mettre la pression sur Bruxelles alors que la Commission devrait réexaminer cette année la réglementation de 2005 sur les aides publiques, dont dépendent largement les résultats de l'irlandais. « Les bénéfices de Ryanair sont payés par les contribuables européens, s'insurge José Rocamora, secrétaire général de la CGT Air France. Ces pratiques illégales mettent en danger l'équilibre économique des entreprises qui respectent le droit français et européen. » Au total, neuf plaintes, toutes dirigées contre Ryanair, sont en cours d'examen devant la Commission européenne, concernant des aéroports aussi divers que Pau en France, Berlin, Hann et Lübeck en Allemagne ou encore Aarhus au Danemark.

Au coeur de la polémique : les ristournes et les aides marketing exigées par Ryanair comme condition à l'ouverture d'une ligne. « Elles sont apparues au début des années 2000, se souvient un directeur d'aéroport français. Au début, il ne s'agissait que de participer à quelques campagnes de promotion. Mais, peu à peu, le principe s'est installé et les montants ont gonflé. On est passé de 3 à 5 puis 10 euros par passager. Personne n'y échappe », affirme-t-il. D'après l'un des rares rapports réalisés par les chambres régionales des comptes, le montant total des aides accordées par les aéroports régionaux français en 2008 s'élevait à 33,2 millions d'euros, soit en moyenne 1,3 million par aéroport. En extrapolant ce chiffre aux quelque 150 aéroports régionaux européens sur lesquels Ryanair est présent, on peut ainsi estimer à près de 195 millions le total des aides perçues par la compagnie irlandaise, soit 40 % de ses bénéfices record de 2008 (481 millions d'euros). D'autres estimations, notamment celle de la CGT d'Air France, font toutefois état de chiffres beaucoup plus importants.

En théorie ces aides publiques sont autorisées par la réglementation européenne, afin de favoriser les ouvertures de ligne dans les aéroports régionaux, mais sous certaines conditions. « Elles ne doivent pas durer plus de trois ans, être dégressives et ne pas dépasser, au total, 30 % du montant des surcoûts », explique Nadège Chapier-Granier, avocat spécialiste du transport aérien au cabinet Field Fisher Waterhouse. « Elles doivent également être ouvertes à toute compagnie qui en fait la demande. » Par ailleurs, qu'il s'agisse de réduction sur les redevances aéroportuaires ou d'aides au démarrage, elles doivent être débattues en commission paritaire avec toutes les compagnies utilisatrices de la plate-forme, et être notifiées aux autorités de tutelle ou à la Commission.
Menaces de départ

Mais dans la pratique, les choses sont très différentes. « Personne n'a le même contrat avec Ryanair, qui sait à merveille mettre les aéroports en concurrence pour faire monter les enchères », explique un directeur d'aéroport du Sud-Ouest, où la bagarre est rude pour attirer ou retenir la précieuse source de croissance. Les exemples ne manquent pas. Ainsi, à Pau, en janvier dernier, Ryanair réclamait aux collectivités locales le quadruplement de l'aide marketing, soit 2,8 millions d'euros sur deux ans, pour maintenir ses lignes sur Londres et Charleroi, et ouvrir une ligne sur Beauvais… Pour ce qui la concerne, la communauté d'agglomération a d'abord refusé de céder à cette exigence, qui l'aurait amenée à débourser 400.000 euros... pour finalement accepter d'aller jusqu'à 250.000 euros, soit 2,5 fois le montant précédent. La compagnie irlandaise menaçait de partir à Tarbes, à 50 kilomètres de là. En Charente, les choses ont plus mal tourné. Après avoir déjà obtenu pour 925.000 euros d'aides sur trois ans, sous forme d'achat d'espaces publicitaires sur son site, pour l'ouverture d'une ligne Angoulême-Londres, Ryanair a exigé une rallonge de 175.000 euros. Face à l'intransigeance du président du conseil général, Michel Boutant, qui s'en était publiquement indigné, la compagnie a annoncé son intention de plier bagages. Dans le même temps, La Rochelle et Poitiers, apparemment plus compréhensifs avec Ryanair, gagnaient chacun une ligne sur Dublin et Barcelone. A Poitiers, le Conseil général de la Vienne avait bien rejeté le mois dernier une demande de Ryanair, lui réclamant 1,7 million d'euros pour 2010, pour le maintien des lignes vers Edimbourg, Londres et Birmingham, mais il a finalement accepté une contribution de 700.000 euros, susceptible d'être portée à 1,1 million en cas d'ouverture d'une nouvelle ligne.

Si les édiles locaux semblent si désarmés face aux menaces de départ de Ryanair, c'est que toutes les études économiques locales s'accordent à reconnaître l'impact économique de l'aéroport sur la région. A Bergerac, il est estimé à 265 millions d'euros, dont 198 millions liés aux dépenses des touristes britanniques, belges et néerlandais, 60 millions pour le marché immobilier et 6,9 millions de retombées fiscales, à comparer à une enveloppe de 2,3 millions d'euros d'aides sur trois ans. A Beauvais, premier aéroport à avoir accueilli Ryanair en 1997, les retombées directes ont été estimées à 580 millions d'euros sur les cinq dernières années, selon son directeur, Marc Amoudry. « Nous sommes passés de 40 à 800 emplois en dix ans, explique-t-il. Et l'aéroport, qui affichait une perte annuelle de 1 million de francs il y a quinze ans, fait aujourd'hui 1 million d'euros de bénéfices. » Dans un rapport remis en février 2008 au gouvernement, Jacques Sabourin, délégué général de l'Union des aéroports français, chiffrait au total à quelque 4 milliards d'euros l'injection d'argent générée par les compagnies « low cost » en France.
Trop d'aéroports en région

Restent les abus que chacun veut bien reconnaître, y compris au sein de partisans de la « low cost », même si les avis divergent sur les moyens d'y remédier. Faut-il durcir la législation et obliger Ryanair à rembourser les sommes indûment perçues, comme en rêve Air France ? « Toutes les infrastructures de transport ont été développées avec des subventions. Pourquoi pénaliser les aéroports, qui sont vitaux pour le développement économique des régions ? », proteste Klaus Klipp, le représentant de l'Assemblée des régions d'Europe, qui milite au contraire pour l'assouplissement des règles européennes.

« Le problème vient en partie du trop grand nombre d'aéroports dans certaines régions, qui favorise les surenchères, analyse de son côté un responsable d'aéroport. Est-il raisonnable d'avoir 6 aéroports distants d'une quarantaine de kilomètres en Languedoc-Roussillon ? » Quant à la position vertueuse d'Air France sur les subventions, elle en laisse sceptique plus d'un. « Si l'on compare les aides marketing à celles dont bénéficient les filiales régionales d'Air France, dans le cadre des lignes à "obligations de service public", le résultat est édifiant, lâche le patron d'un aéroport. Paris-Bergerac, qui fait péniblement 10.000 passagers par an, reçoit un million de subventions par an ! » Par ailleurs, les précédentes initiatives d'Air France n'ont pas laissé que de bons souvenirs. En 2003, la compagnie française avait ainsi obtenu l'interdiction des subventions accordées à Ryanair par l'aéroport de Strasbourg, pour une ligne sur Londres-Stansted, qui concurrençait alors une liaison de Brit Air sur la capitale britannique. Débouté, Ryanair était alors parti de l'autre côté du Rhin, à Baden-Baden. Résultat, sept ans plus tard, Brit Air a abandonné la ligne Strasbourg-Londres, déficitaire, et l'aéroport de Strasbourg s'enfonce dans la récession, tandis que Ryanair exploite aujourd'hui une dizaine de lignes au départ de Baden-Baden… qui a dépassé le million de passagers.
BRUNO TRÉVIDIC, Les Echos

Avatar du membre
Flyeco
B747
Messages : 579
Enregistré le : mar. 21 avr. 2009, 22:46

Re: Ryanair

Message par Flyeco » jeu. 18 mars 2010, 10:04

Puisqu'on en est à publier des articles, autant le faire dans les deux sens ;-)

L'Elfaa réclame des enquêtes
AFP - 17/03/2010 | Lefigaro.fr

"L'Association européenne des compagnies à bas coûts (Elfaa) a demandé mercredi à Bruxelles de diligenter des enquêtes sur des aides d'Etat octroyées aux compagnies suédoise SAS, hongroise Malev, espagnole Spanair et tchèque CSA.

Dans une lettre adressée à la Commission européenne, les compagnies à bas coûts demandent "une action prompte et efficace pour éliminer les sérieuses distorsions de concurrence qui résultent de l'aide d'Etat allouée aux compagnies en difficulté".
Le secrétaire général de l'Elfaa, John Hanlon, souligne que les compagnies de son association "n'ont pas demandé d'assistance des Etats".

Il avait envoyé une première lettre de récrimination à la Commission européenne, il y a cinq mois, et juge que depuis lors de nouvelles aides d'Etat ont été distribuées à SAS, Spanair, Malev et CSA. L'organisation calcule que les gouvernements concernés ont déboursé au total 1,16 milliard d'euros pour venir en aide à ces compagnies.

"C'est un gaspillage scandaleux de l'argent public au moment où les économies européennes ne peuvent pas se permettre une telle générosité", a estimé M. Hanlon.
Elfaa est composé de dix compagnies aériennes (Ryanair, easyJet, Blue Air, Flybe, Jet2.com, Norwegian, SverigeFlyg, transavia.com, vueling et Wizz Air), transportant 160 millions de passagers par an. L'association revendique 35% du trafic régulier intra-européen.

Air France a récemment annoncé avoir porté plainte à Bruxelles contre sa concurrente à bas coûts Ryanair qu'elle accuse de toucher des aides publiques illégales dans les aéroports régionaux et locaux en France."

Répondre

Retourner vers « Ryanair »