Low-Cost & Tourisme de Masse

Le forum sur Lufthansa, British Airways, Iberia, Alitalia, Swiss Air Lines, Turkish Airlines, Brussels Airlines...
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Il ne faut pas être devin pour savoir que l'augmentation de la desserte aérienne sur des sites va augmenter leur fréquentation.

Or toutes les compagnies veulent aller sur ces hotspots et tous les aeroports de départ veulent leur liaison avec le hotspot.

Le problème des îles est que la diffusion des touristes ne peut pas se faire. Sur le continent elle peut se faire même si il reste des hotspots dans certains sites.

Le soucis est d'une part l'extension des capacités d'hebergement avec les Airbnb qui remplacent les habitants et changent la metamorphose des lieux,

Mais aussi les aéroports qui recevoient sans limite, ou avec uniquement leur limite technique, et agrandissent leur capacité d'accueil.

Sans remettre en cause le ciel ouvert européen, ne faudrait il pas mettre d'un côté des licences aux hebergements type Airbnb pour les limiter mais aussi mettre des slots sur les aéroports, pour recevoir la quantité maximale de touriste que le territoire peut absorber.

De plus cela permettra également de réhausser les prix et donc bénéfique pour les destinations.

Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses.

Article sur la Suisse, avec tout de même quelques hotspots de tourisme de masse mais assez préservé de ces phénomènes.
https://www.lefigaro.fr/voyages/guides/ ... e-20240705
Come on, let's fly
lyonaf
B777
Messages : 491
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 06:46

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par lyonaf »

intheair a écrit : sam. 6 juil. 2024, 12:50 Il ne faut pas être devin pour savoir que l'augmentation de la desserte aérienne sur des sites va augmenter leur fréquentation.

Or toutes les compagnies veulent aller sur ces hotspots et tous les aeroports de départ veulent leur liaison avec le hotspot.

Le problème des îles est que la diffusion des touristes ne peut pas se faire. Sur le continent elle peut se faire même si il reste des hotspots dans certains sites.

Le soucis est d'une part l'extension des capacités d'hebergement avec les Airbnb qui remplacent les habitants et changent la metamorphose des lieux,

Mais aussi les aéroports qui recevoient sans limite, ou avec uniquement leur limite technique, et agrandissent leur capacité d'accueil.

Sans remettre en cause le ciel ouvert européen, ne faudrait il pas mettre d'un côté des licences aux hebergements type Airbnb pour les limiter mais aussi mettre des slots sur les aéroports, pour recevoir la quantité maximale de touriste que le territoire peut absorber.

De plus cela permettra également de réhausser les prix et donc bénéfique pour les destinations.

Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses.

Article sur la Suisse, avec tout de même quelques hotspots de tourisme de masse mais assez préservé de ces phénomènes.
https://www.lefigaro.fr/voyages/guides/ ... e-20240705
Qui a transformé les habitations en hébergement type Airbnb : pour une très grande majorité des locaux qui en vivent où qui ont vendu pour faire une plus value !

La seule limite étant le capacitaire (hébergements et aériens très souvent).

quant à dire que cela permet de réhausser le prix... j'ai payé presque 6000 € d'hébergement !

Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses : c'est vrai en divisant cette richesse créée par nombre de touristes et encore cela reste discutable. La Grèce, par exemple, peut elle se priver d'un 1/4 de son PIB ???

Mis à part les régimes dictatoriaux et autres autocratie qui peuvent flécher plus largement leurs touristes d'un point A vers point B, dans les démocraties cela n'est pas possible.

Nous en avons l'exemple parfait avec Mickaël O'Limite qui se rêve en autocrate pouvant dire avec assez de suffisance: qui doit voyager, comment consommer et fixer des limites qu'ils ne s'imposent à lui même bien entendu où autres" écolos" comme Jean-Marc Jancovici qui souhaite de façon péremptoire 2 AR en avion dans une vie alors que depuis sa jeunesse il a parcouru le monde. Repeint en vert, il critique la démocratie tout en se tout en fricotant avec les gros pollueurs de la planète.

Elle est pas belle la vie chez ses gens...

Si régulation il doit y avoir elle se fera d'elle même.
En attendant, il s'agit de vivre il y assez de contrainte au quotidien pour ne pas s'en imposer plus...
Gosselies
A380
Messages : 4417
Enregistré le : jeu. 7 avr. 2016, 16:21

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Gosselies »

intheair a écrit : sam. 6 juil. 2024, 12:50
Sans remettre en cause le ciel ouvert européen, ne faudrait il pas mettre d'un côté des licences aux hebergements type Airbnb pour les limiter mais aussi mettre des slots sur les aéroports, pour recevoir la quantité maximale de touriste que le territoire peut absorber.

De plus cela permettra également de réhausser les prix et donc bénéfique pour les destinations.
Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses.
On n'est pas dans la même optique, manifestement.

Vous êtes dans le clan de ceux qui voudraient "rehausser les prix", ce qui serait "bénéfique pour les destinations" et créerait davantage de richesse pour elles. Tout serait donc subordonné au profit : se faire le maximum de pognon qu'on peut extraire des voyageurs, avec un minimum de désagréments pour les heureux bénéficiaires.

Et il y a le clan de ceux qui voyagent et qui paient déjà souvent bien cher - et qui n'ont pas envie de voir les prix augmenter encore, par exemple à cause d'une limitation délibérée du nombre de vols. On ne voyage pas dans le but principal voire unique d'enrichir les indigènes à destination, on voyage pour son plaisir en acceptant de payer un prix honnête pour les services fournis. Ce n'est pas la même chose.
.
Rwandair Express
A380
Messages : 7234
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Rwandair Express »

Gosselies a écrit : sam. 6 juil. 2024, 15:40
intheair a écrit : sam. 6 juil. 2024, 12:50
Sans remettre en cause le ciel ouvert européen, ne faudrait il pas mettre d'un côté des licences aux hebergements type Airbnb pour les limiter mais aussi mettre des slots sur les aéroports, pour recevoir la quantité maximale de touriste que le territoire peut absorber.

De plus cela permettra également de réhausser les prix et donc bénéfique pour les destinations.
Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses.
On n'est pas dans la même optique, manifestement.

Vous êtes dans le clan de ceux qui voudraient "rehausser les prix", ce qui serait "bénéfique pour les destinations" et créerait davantage de richesse pour elles. Tout serait donc subordonné au profit : se faire le maximum de pognon qu'on peut extraire des voyageurs, avec un minimum de désagréments pour les heureux bénéficiaires.

Et il y a le clan de ceux qui voyagent et qui paient déjà souvent bien cher - et qui n'ont pas envie de voir les prix augmenter encore, par exemple à cause d'une limitation délibérée du nombre de vols. On ne voyage pas dans le but principal voire unique d'enrichir les indigènes à destination, on voyage pour son plaisir en acceptant de payer un prix honnête pour les services fournis. Ce n'est pas la même chose.
.
Ah parce que pour vous le tourisme de masse c'est n'es pas se faire de l'argent sur le dos des plus faibles et d’exclure des gens :

prix des loyers en hausse dont les locaux en sont les 1ere victimes, destruction de l'environnement, dégradations des infrastructures, contrats saisonniers ultra précaires car on ne dilue pas la fréquentation touristique sur l'année mais que sur des périodes de pointes, fermeture des commerces de proximités au profit de grands centres commerciaux de bars restaurant ou boutiques dont la population locale ne peut pas bénéficier car parfois hors de prix, rendre des régions totalement dépendantes du tourisme et donc aucune capacité à développer d'autres secteurs économiques en cas de crise.

J'ai quand même l'impression qu'ici certains se foutent complétement du sort des employés du tourisme ou de l'aérien ou des habitants victimes du tourisme de masse et qui demandent juste une meilleur régulation. C'est limite on est ton gagne pain, donc tais toi. Si tu n'es pas contente change de boulot ou déménage. Comme si c'était aussi facile.
Rwanda Aviation News (Drones, Air Force, Civil Aviation, Space, Air Balloon): https://www.facebook.com/RwandAn-Flyer-153177931456873
Gosselies
A380
Messages : 4417
Enregistré le : jeu. 7 avr. 2016, 16:21

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Gosselies »

Rwandair Express a écrit : sam. 6 juil. 2024, 19:16
Ah parce que pour vous le tourisme de masse c'est n'es pas se faire de l'argent sur le dos des plus faibles et d’exclure des gens :

J'ai quand même l'impression qu'ici certains se foutent complétement du sort des employés du tourisme ou de l'aérien ou des habitants victimes du tourisme de masse et qui demandent juste une meilleur régulation.
Le touriste, qu'il soit "de masse" ou pas "de masse", ne se fait pas d'argent sur le dos de qui que ce soit. Non seulement il ne se fait pas d'argent mais au contraire c'est lui qui paie, et qui débourse parfois bien cher.
Chacun voit midi à sa porte.
S'il ne faut pas se désintéresser du sort des employés du tourisme ou de l'aérien, il ne faut pas non plus se désintéresser du sort des cochons de payants, c'est à dire les voyageurs, les clients. Sans employés, pas de voyages, d'accord; mais sans voyageurs, plus de travail pour les employés.
PhilP14
A380
Messages : 1009
Enregistré le : dim. 4 déc. 2016, 00:04
Localisation : CAEN

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par PhilP14 »

Gosselies a écrit : sam. 6 juil. 2024, 21:03
Rwandair Express a écrit : sam. 6 juil. 2024, 19:16
Ah parce que pour vous le tourisme de masse c'est n'es pas se faire de l'argent sur le dos des plus faibles et d’exclure des gens :

J'ai quand même l'impression qu'ici certains se foutent complétement du sort des employés du tourisme ou de l'aérien ou des habitants victimes du tourisme de masse et qui demandent juste une meilleur régulation.
Le touriste, qu'il soit "de masse" ou pas "de masse", ne se fait pas d'argent sur le dos de qui que ce soit. Non seulement il ne se fait pas d'argent mais au contraire c'est lui qui paie, et qui débourse parfois bien cher.
Chacun voit midi à sa porte.
S'il ne faut pas se désintéresser du sort des employés du tourisme ou de l'aérien, il ne faut pas non plus se désintéresser du sort des cochons de payants, c'est à dire les voyageurs, les clients. Sans employés, pas de voyages, d'accord; mais sans voyageurs, plus de travail pour les employés.
L'illusion de pouvoir bénéficier du beurre et de l'argent du beurre est vieille comme le monde mais le "tourisme écoresponsable" d'aujourd'hui y croit encore...
La réduction du surtourisme, si elle doit intervenir, ne se fera pas sans casse !
Rwandair Express
A380
Messages : 7234
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 22:19
Localisation : Paris Montpellier Kigali

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Rwandair Express »

On ne parle pas forcément de décroissance, mais de faire en sorte qu'il n y ait pas de fortes concentrations au même endroit, car le drame est que certains lieux ne deviennent plus fréquentables.

En Thaïlande, pendant 4 ans (la pandémie a retardé la réouverture) ils ont du fermé la plage ou le film 'La Plage' avec Di Caprio, Canet et Casta avaient été tournés.
La baie thaïlandaise, rendue célèbre par le film "La Plage" avec Leonardo DiCaprio, restera fermée jusqu'en 2021 afin d'obtenir une restauration complète des récifs coraliens détruits par le tourisme de masse, a-t-on appris jeudi auprès des autorités. https://www.geo.fr/environnement/thaila ... 021-195565
Outre le réchauffement climatique, est pointé du doigt le comportement des touristes, qui n'hésitent pas à marcher sur les coraux, mais aussi la surabondance de tour-opérateurs et l'absence de régulation sur ces îles censées être protégées par leur statut de parcs nationaux.

Ce même phénomène de surpopulation touristique et son impact sur le fragile écosystème des îles se retrouve dans toute l'Asie du Sud-Est.

Les Philippines ont rouvert en octobre l'île de Boracay, après six mois de fermeture, en imposant de nouvelles règles pour lutter contre les ravages environnementaux du tourisme de masse.
Autre exemple, les Emirats. Dubaï est sur fréquentée alors que par exemple à la frontière avec Oman du coté Sharjah qui est la capitale culturelle des Émirats arabes unis, il y a des choses intéressantes à voir. Mais vous demandez dans la rue si quelqu'un a entendu parler de Sharjah , je pense que peu de personne vous répondront par oui.

Mais comme expliqué dans le cas de l'Asie du Sud Est, certains tours opérateurs font mine d'esquiver certaines destinations (et sur internet ce sont las algorithmes https://www.google.com/search?q=algorit ... s-wiz-serp) pourtant intéréssant (parce qu'ils savent que peu de personnes réserveront un tour dans ce lieu) et misent sur des lieux sur fréquentées là ou ça fait du chiffre. Évidement quand un pays décide de mettre en place des quotas ça gueule. Ce fut le cas en Thaïlande, ou le gouvernement n'a pas cédé quand il a fallut fermer temporairement des lieux.

Et pour finir, certains pays qui ont un potentiel touristique énorme n'ont jamais voulu développer un tourisme de masse (et ils l'assument). Paradoxalement certains font même partie des pays les plus pauvres au monde:

Sao Tome E Principe
Rwanda
Laos (quoique du coté Luang Prabang ça commence un peu a chauffer avec Les Chinois, mais dans le reste du pays c'est calme)
Mongolie
Gabon
Rwanda Aviation News (Drones, Air Force, Civil Aviation, Space, Air Balloon): https://www.facebook.com/RwandAn-Flyer-153177931456873
lyonaf
B777
Messages : 491
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 06:46

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par lyonaf »

Parlé de drame, n'exagérons rien. Personnes ne forcent de s'entasser sur une même plage, de visiter la même ville au même moment !


Résumé la Thaïlande à Ko Fi Fi est particulièrement osée. C'est comme comparée le mur de verre autour de la Tour Eiffel pour réguler son accès et dire que la France prend des mesures coercitives.

Pour les Emirats Arabes Unies, Chârdjah est à 20 mn de Dubaï (les deux aéroports sont moins distant qu'Orly et Roissy). C'est la même agglomération mais pas le même émirat (équivalent de région) L'émirat de Chârdjah est plutôt traditionnaliste et rigoriste (par exemple l'alcool est strictement interdit même dans les hôtels). La charia de l'EAU y est appliquée de manière plus ferme que sur l'émirat de Dubaï. Pour un occidental, cela peut être repoussoir. Par contre, il y a de nombreux touristes "musulmans" dans cette émirat qui sont très heureux. Au final, un occidental logera à Dubaï, un touriste musulman pratiquant à Chârdjah. Il est tout à fait possible de faire de faire des trecks, d'aller vers les autres émirats bordant la frontière avec Oman sans aucun problème.

Quant aux moteurs de recherche, ils ne font que répondre à ce que souhaite voir le consultant ni plus ni moins et de manière de plus en plus affinées.

Et pour finir Sao Tome E Principe : l'ile n'est pas facilement accessible et il y a très certainement plus de touristes venant des pays bordant le golfe de guinée que du golfe de Bengale. Et pourquoi pas avoir cité : Nauru tant qu'à faire !

Rwanda : comment dire ! les massacres ethniques sont encore récents dans la tête de nombreuses personnes malgré la stabilité retrouvée. Là aussi, on est plus sur un tourisme de niche en surfant sur tourisme durable . C'est respectable

Le laos, un régime communiste où il fait bon vivre aux infrastructures inexistantes ou presque avec un risque sécuritaire élevée pour un occidental !

Mongolie : mis à part les steppes (pour faire simple), le manque d'infrastructure est un frein,

Gabon, là aussi on est sur un tourisme de niche tant les infrastructures ne sont pas au niveau pour un pays au bord de la faillite.

Il est à noter que sur les pays que vous citez tous quasiment sont des régimes autoritaires pour un occidental à l'exception de la Mongolie quoique.

Vous auriez pu ajouter l'Algérie qui surfe sur les deux tableaux : tourisme de masse interne sur ses côtes et de niches partout ailleurs : régime autoritaire, infrastructures hôtelières déficientes, accessibilité possible mais sous contrôle permanent, mais une culture et un patrimoine plus qu'exceptionnels... contrairement à la Tunisie où au Maroc par exemple où le tourisme interne est presque inexistant.

Sans parler du tourisme migratoire, chaque pays définie sa propre politique touristique : qui il peut ou veut recevoir, comment, quand et où.

Au final, au touriste (selon son origine, de sa zone de vie, de ses convictions, de son porte monnaie, de sa culture, de son age et physique...) de composer son propre espace de liberté avec toute les contraintes qu'il est capable de supporter.
Modifié en dernier par lyonaf le dim. 7 juil. 2024, 10:40, modifié 1 fois.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 397
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

Pyongyang. Toujours plus dans l'outrance.
lyonaf
B777
Messages : 491
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 06:46

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par lyonaf »

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 10:38 Pyongyang. Toujours plus dans l'outrance.
Oui vous avez raison, on voit bien que vous êtes adepte de son antonyme. C'est flagrant !
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

lyonaf a écrit : sam. 6 juil. 2024, 14:50La seule limite étant le capacitaire (hébergements et aériens très souvent). (...)

Nous en avons l'exemple parfait avec Mickaël O'Limite qui se rêve en autocrate pouvant dire avec assez de suffisance: qui doit voyager, comment consommer et fixer des limites qu'ils ne s'imposent à lui même bien entendu où autres" écolos" comme Jean-Marc Jancovici qui souhaite de façon péremptoire 2 AR en avion dans une vie alors que depuis sa jeunesse il a parcouru le monde. (...)

Si régulation il doit y avoir elle se fera d'elle même.
En attendant, il s'agit de vivre il y assez de contrainte au quotidien pour ne pas s'en imposer plus...
Je ne suis pas anti avion, je ne souhaite pas revenir sur la deregulation du secteur.

Je prends regulièrement l'avion, principalement pour des besoins (que je me suis crée il est vrai) sans honte ni ventardise.

Mais il arrive un moment où certains sites souffrent d'une surfrequentation. Et dans ce cas il est bon que les autorités politique locales decident de limiter l'importation de touristes en termes qualitatifs et gardent la main sur la transformation d'hebergement en logement.

Saint Malo (mairie de droite, enfin droite bretonne) a mis en place une politique très volontariste dans ce domaine face à une situation qui entrainait de nombreux désagréments.

L'île de Brehat (également en Bretagne) limite l'afflux de touristes quotidiennement, via un accès maritime. Cela pourrait se faire également sur un aéroport.

C'est certainement faire preuve de courage politique, sur le court terme il y aura des perdants, mais sur le long terme cela sera bénéfique. Je pense à l'économie du territoire mais sans être un khmer vert, également pour l'aspect ecologique (au sens large).
Come on, let's fly
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Gosselies a écrit : sam. 6 juil. 2024, 15:40On n'est pas dans la même optique, manifestement.
Non nous ne sommes pas opposé.

J'ai eu ma periode où je faisais de nombreux voyages en avion, aller retour journée avec Easyjet, puis des courts séjours. Cela m'allait bien et je ne le renie pas.

Vous le faites toujours et comme je l'ai déja dit ici, content pour vous.

Mais sur certains territoires, si l'afflux est trop important, il faut le réguler.

Cela fera certes augmenter les prix car l'offre baissera.

Mais alors il y aura d'autres destinations à prix attractif qui se développeront.

Et peut être le touriste évoluera, choisira une période plus creuse car moins chère, ou réduira sa consommation de voyage pour faire des voyages au coût unitaire plus élevé.
Come on, let's fly
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 397
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

lyonaf a écrit : sam. 6 juil. 2024, 14:50
intheair a écrit : sam. 6 juil. 2024, 12:50 Il ne faut pas être devin pour savoir que l'augmentation de la desserte aérienne sur des sites va augmenter leur fréquentation.

Or toutes les compagnies veulent aller sur ces hotspots et tous les aeroports de départ veulent leur liaison avec le hotspot.

Le problème des îles est que la diffusion des touristes ne peut pas se faire. Sur le continent elle peut se faire même si il reste des hotspots dans certains sites.

Le soucis est d'une part l'extension des capacités d'hebergement avec les Airbnb qui remplacent les habitants et changent la metamorphose des lieux,

Mais aussi les aéroports qui recevoient sans limite, ou avec uniquement leur limite technique, et agrandissent leur capacité d'accueil.

Sans remettre en cause le ciel ouvert européen, ne faudrait il pas mettre d'un côté des licences aux hebergements type Airbnb pour les limiter mais aussi mettre des slots sur les aéroports, pour recevoir la quantité maximale de touriste que le territoire peut absorber.

De plus cela permettra également de réhausser les prix et donc bénéfique pour les destinations.

Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses.

Article sur la Suisse, avec tout de même quelques hotspots de tourisme de masse mais assez préservé de ces phénomènes.
https://www.lefigaro.fr/voyages/guides/ ... e-20240705
Qui a transformé les habitations en hébergement type Airbnb : pour une très grande majorité des locaux qui en vivent où qui ont vendu pour faire une plus value !

La seule limite étant le capacitaire (hébergements et aériens très souvent).

quant à dire que cela permet de réhausser le prix... j'ai payé presque 6000 € d'hébergement !

Le tourisme de masse saisonnier n'est pas celui qui crée le plus de richesses : c'est vrai en divisant cette richesse créée par nombre de touristes et encore cela reste discutable. La Grèce, par exemple, peut elle se priver d'un 1/4 de son PIB ???

Mis à part les régimes dictatoriaux et autres autocratie qui peuvent flécher plus largement leurs touristes d'un point A vers point B, dans les démocraties cela n'est pas possible.

Nous en avons l'exemple parfait avec Mickaël O'Limite qui se rêve en autocrate pouvant dire avec assez de suffisance: qui doit voyager, comment consommer et fixer des limites qu'ils ne s'imposent à lui même bien entendu où autres" écolos" comme Jean-Marc Jancovici qui souhaite de façon péremptoire 2 AR en avion dans une vie alors que depuis sa jeunesse il a parcouru le monde. Repeint en vert, il critique la démocratie tout en se tout en fricotant avec les gros pollueurs de la planète.

Elle est pas belle la vie chez ses gens...

Si régulation il doit y avoir elle se fera d'elle même.
En attendant, il s'agit de vivre il y assez de contrainte au quotidien pour ne pas s'en imposer plus...
dictature, autocratie. Le discours outrancier du droitardé de base dès qu'il s'agit de réguler des excès. Il existe des milliers de lois et règlementations économiques pour éviter que les entreprises ne fassent n'importe quoi ; temps de travail, pratiques concurrentielles, prix, etc.

Le tourisme n'est pas assez régulé et ses excès génèrent de graves problèmes comme ces deux articles le montrent. C'est un fait qu'il faut reconnaître. Le nier relève juste du mensonge pur et simple. Le transport aérien low cost a aggravé ce phénomène. Je pense qu'il est indispensable de revenir à des proportions plus raisonnables.

Il ne s'agit pas seulement de diffuser dans le temps ou l'espace, mais aussi d'offrir d'autres manières de se divertir sans émettre des tonnes de CO2 et boire les derniers litres d'eau potable disponibles entre deux incendies majeurs et une canicule meurtrière.

Le modèle du tourisme héliotropique balnéaire est une invention commerciale qui nous a été martelée par la publicité depuis 60 ans. On vivait très bien et on était heureux sans également. C'est le degré 0 du voyage et de l'apprentissage culturel que d'aller rien faire au bord d'une piscine dans un hôtel standardisé qui ressemble à un autre dans n'importe quel pays.

Le transport aérien moderne contribue considérablement à ce modèle consumériste. C'est désastreux pour la planète. Et ce ne sont pas des certifications artificielles comme ACA ou trois tracteurs de push électriques qui vont changer la donne. Le secteur doit se remettre en question en profondeur, sortir de son modèle de croissance extensive et privilégier la création de valeur essentielle pour tous au lieu de se spécialiser dans le tout tourisme balnéaire.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 397
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

"Ça suffit !" : exaspérés, les Barcelonais manifestent contre le surtourisme
https://www.tf1info.fr/international/vi ... 07448.html

Samedi, des milliers de personnes ont manifesté à Barcelone pour dénoncer le surtourisme dont est victime la capitale de la Catalogne.
Ces détracteurs dénoncent principalement son effet sur le prix du logement mais aussi ses conséquences délétères sur les commerces locaux, l'environnement ou les conditions de travail des employés locaux.


Ils en ont marre et ils le font savoir. Samedi, des milliers de Barcelonais ont manifesté contre le surtourisme dans la capitale de la Catalogne qui accueille chaque année des milliers de visiteurs. Une colère qui se fait sentir de plus en plus à travers l'Espagne, deuxième destination touristique mondiale. Avec le mot d'ordre "Ça suffit ! Mettons des limites au tourisme", environ 2800 manifestants, selon la police, ont défilé pour exiger un changement de modèle économique pour la ville, la plus visitée du pays.

"Réduisez le tourisme maintenant !"
"Nous n'avons rien contre le tourisme, mais contre l'excès de tourisme, si, parce qu'il rend la ville invivable", explique Jordi Guiu, sociologue barcelonais de 70 ans. "Je pense qu'il est très important d'être ici pour deux raisons : la première est qu'on est là contre le modèle économique basé sur le tourisme de masse parce qu'il nous rend plus pauvre et plus dépendant. D'autre part, il a un effet sur le prix du logement qui est un problème alarmant et pénible", confie une autre manifestante. "La ville, c'est complètement tournée vers les touristes et ce que nous voulons, c'est une ville pour les citoyens et non au service des touristes !", dénonce un Barcelonnais.

Derrière une banderole "réduisez le tourisme maintenant !", les manifestants ont défilé en scandant des slogans tels que "les touristes hors de nos quartiers", s'arrêtant devant certains hôtels à la surprise des visiteurs. Les détracteurs du surtourisme dénoncent principalement son effet sur le prix du logement - les loyers ont augmenté de 68% au cours de la dernière décennie, selon la mairie de Barcelone -, mais aussi ses conséquences délétères sur les commerces locaux, l'environnement ou les conditions de travail des employés locaux. "Les commerces du quotidien ferment pour laisser place à un modèle commercial qui ne correspond pas aux besoins du quartier. Les gens (...) ne peuvent pas payer les loyers, ils doivent partir", se plaint Isa Miralles, musicienne de 35 ans qui vit dans le quartier de la Barceloneta.

Barcelone a accueilli l'année dernière plus de 12 millions de touristes, selon la municipalité. Pour faciliter l'accès au logement des habitants, la mairie a récemment annoncé vouloir mettre un terme à la location d'appartements touristiques d'ici à 2029.

Des îles Baléares aux Canaries en passant par les grandes villes touristiques d'Andalousie comme Malaga, les mouvements hostiles au surtourisme se multiplient en Espagne. Deuxième destination touristique mondiale derrière la France, l'Espagne a accueilli l'an dernier un record de 85,1 millions de visiteurs étrangers. La région la plus visitée a été la Catalogne avec 18 millions de visiteurs, suivi des îles Baléares (14,4 millions) et les îles Canaries (13,9 millions). Le tourisme en Espagne représente 12,8% du PIB et concentre 12,6% des emplois.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 397
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

"Barcelone n’est pas Disneyland"… Des milliers de personnes affichent leur mal-être face au surtourisme
https://www.lindependant.fr/2024/07/07/ ... 066533.php

Ce samedi, ils étaient environ 3.000 dans les rues de Barcelone pour dire non au surtourisme et à ses effets pervers sur le cadre de vie, sur la délinquance, sur les prix des loyers et sur le commerce de proximité.

Après les îles Canaries et les îles Baléares, c’est Barcelone qui a donc dit non au surtourisme et exiger l’arrêt de cette industrie. Ils ont exprimé leur mécontentement face à l’existence d’un tourisme effréné qui augmente les prix de l’immobilier et expulse à la fois les habitants et les entreprises locales de la région.

"Barcelone n’est pas Disneyland" ou "Make BCN Free Again" sont quelques-unes des affiches qui ont été vues lors de la manifestation.

Scène cocasse de cette manifestation qui s’est déroulée des Ramblas à la Barceloneta, elle a mis face à face, les habitants et les touristes. Pas vraiment au courant des slogans affichés, ces derniers ont mitraillé de photos… les manifestants qui battaient le pavé contre leur présence…

Outre certains hôtels ou restaurants à touristes (ceux qui vendent des paëlla à 15 euros notamment), les manifestants ont aussi dirigé leur colère sur l’agrandissement de l’aéroport, la venue de Coupe de l’America, la Formule 1, les bateaux de croisière et la fermeture du Parc Güell pour filmer une publicité Louis Vuitton.

10.000 appartements touristiques supprimés
Sur le réseau social X, Jaume Collboni, le maire de Barcelone, a rebondi sur cette manifestation. "Notre volonté et notre engagement de limiter la surpopulation touristique et ses conséquences dans la ville sont fermes. Cela est démontré par les mesures que nous avons prises et que nous continuerons de mettre en œuvre".

La ville de Barcelone a en effet annoncé dernièrement la suppression de plus de 10.000 appartements touristiques afin de type AirBnb afin qu’ils soient rendus à l’usage résidentiel.

"Nous reconnaissons la complexité de cette question et rejetons les solutions simplistes. Notre objectif est de construire un modèle touristique équilibré et durable qui profite à tous", a ajouté le maire de la capitale catalane.

Je suis passé à Barcelone pour le travail il y a quelques années au printemps. Même hors pic de saison, la ville est juste devenue insupportable tellement il y a du monde. Et l'accumulation de touristes dans certains lieux génère des comportements moutonniers, des incivilités, etc.

Des compagnies comme Transavia, Volotea ou Vueling ont basé une grande partie de leur développement sur l'encouragement du surtourisme. La nouvelle base Volotea à Florence (un avion, fréquences pourries, ciblage de la demande touristique) est symptomatique de cette irresponsabilité. On a atteint des volumes de trafic totalement insupportables et ces compagnies sont largement fautives.
Mickaël O'Limite
B777
Messages : 397
Enregistré le : mer. 24 janv. 2024, 19:14

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Mickaël O'Limite »

Cracovie en proie aux enterrements de vie de garçon arrosés
https://www.tdg.ch/cracovie-en-proie-au ... 1706232922

Dans la perle du gothique et de la Renaissance polonaise, les touristes affluent. Un avocat a l’intention de faire entendre la souffrance des habitants et habitantes.

À la tombée de la nuit, le centre de Cracovie, ancienne capitale royale de la Pologne, devient un lieu de prédilection pour les enterrements de vie de garçon. Des touristes fortement alcoolisés déambulent de bar en bar, de fête en fête, dans un chaos débridé. Dans la ville où s’est formé Karol Wojtyla, perle du gothique et de la Renaissance, les habitants se plaignent de ces hordes de...
lyonaf
B777
Messages : 491
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 06:46

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par lyonaf »

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25
dictature, autocratie. Le discours outrancier du droitardé de base dès qu'il s'agit de réguler des excès. Il existe des milliers de lois et règlementations économiques pour éviter que les entreprises ne fassent n'importe quoi ; temps de travail, pratiques concurrentielles, prix, etc.
Contrairement à vous, je n'ai pas besoins de citer la mouvance au quelle vous faîtes allégeance. On voit avec des milliers de lois et règlementations que vous avez consenti au mieux en votant au pire en participant activement à ces lois et règlementation où on en arrive !
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25
Le tourisme n'est pas assez régulé et ses excès génèrent de graves problèmes comme ces deux articles le montrent. C'est un fait qu'il faut reconnaître. Le nier relève juste du mensonge pur et simple. Le transport aérien low cost a aggravé ce phénomène. Je pense qu'il est indispensable de revenir à des proportions plus raisonnables.
Où sont passer vos milliers de lois et règlementations ?
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25 Il ne s'agit pas seulement de diffuser dans le temps ou l'espace, mais aussi d'offrir d'autres manières de se divertir sans émettre des tonnes de CO2 et boire les derniers litres d'eau potable disponibles entre deux incendies majeurs et une canicule meurtrière.
A titre personne ne vous y oblige, il n'y a pas de loi ou règlementation à ce sujet !
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25 Le modèle du tourisme héliotropique balnéaire est une invention commerciale qui nous a été martelée par la publicité depuis 60 ans. On vivait très bien et on était heureux sans également. C'est le degré 0 du voyage et de l'apprentissage culturel que d'aller rien faire au bord d'une piscine dans un hôtel standardisé qui ressemble à un autre dans n'importe quel pays.
Vous avez la possibilité de passer une séjour en antartique, personne ne vous force à aller Hammamet ou à Palavas. Le mieux étant de rester où vous êtes.
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25 Le transport aérien moderne contribue considérablement à ce modèle consumériste. C'est désastreux pour la planète. Et ce ne sont pas des certifications artificielles comme ACA ou trois tracteurs de push électriques qui vont changer la donne. Le secteur doit se remettre en question en profondeur, sortir de son modèle de croissance extensive et privilégier la création de valeur essentielle pour tous au lieu de se spécialiser dans le tout tourisme balnéaire.
Privilégier la création de valeur essentielle ! les votre très certainement à force de lois et de règlementations ! Et ce qui est essentiel pour vous ne l'est pas pour d'autres.
Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:33 "Ça suffit !" : exaspérés, les Barcelonais manifestent contre le surtourisme
https://www.tf1info.fr/international/vi ... 07448.html

Samedi, des milliers de personnes ont manifesté à Barcelone pour dénoncer le surtourisme dont est victime la capitale de la Catalogne...

... environ 2800 manifestants, ...


2800 personnes sur une population de 1 600 000 habitants !

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25 Barcelone a accueilli l'année dernière plus de 12 millions de touristes, selon la municipalité. Pour faciliter l'accès au logement des habitants, la mairie a récemment annoncé vouloir mettre un terme à la location d'appartements touristiques d'ici à 2029.

Des îles Baléares aux Canaries en passant par les grandes villes touristiques d'Andalousie comme Malaga, les mouvements hostiles au surtourisme se multiplient en Espagne. Deuxième destination touristique mondiale derrière la France, l'Espagne a accueilli l'an dernier un record de 85,1 millions de visiteurs étrangers. La région la plus visitée a été la Catalogne avec 18 millions de visiteurs, suivi des îles Baléares (14,4 millions) et les îles Canaries (13,9 millions). Le tourisme en Espagne représente 12,8% du PIB et concentre 12,6% des emplois.


Des mouvements hostiles, généralement des extrêmistes de gauche et kmers vert par dogmatisme où de droite par idéologie.
Très certainement selon le vent (vert) vous êtes un peu des deux pour des leçons de morale (à droite) que ne vous ne vous appliquez pas (à gauche) !

Inter duos nulla salus
Erick
B777
Messages : 470
Enregistré le : sam. 3 juin 2017, 17:47

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par Erick »

Commençons à taxer le kérosène au moins au niveau des autres carburants, et à l'échelle mondiale, ça serait un début de règlement du problème!
lyonaf
B777
Messages : 491
Enregistré le : mer. 24 sept. 2008, 06:46

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par lyonaf »

Erick a écrit : dim. 7 juil. 2024, 12:36 Commençons à taxer le kérosène au moins au niveau des autres carburants, et à l'échelle mondiale, ça serait un début de règlement du problème!
Pourquoi pas mais à quel niveau ? jusqu'à quel effet ?
Jusqu'à retransférer St Ex à Bron ? que St Ex devienne le tempelhof lyonnais ?
Modifié en dernier par lyonaf le dim. 7 juil. 2024, 12:47, modifié 1 fois.
intheair
CRJ-700
Messages : 86
Enregistré le : ven. 17 mai 2024, 14:49
Localisation : CDG et ailleurs

Re: Low-Cost & Tourisme de Masse

Message par intheair »

Mickaël O'Limite a écrit : dim. 7 juil. 2024, 11:25Le transport aérien low cost a aggravé ce phénomène. Je pense qu'il est indispensable de revenir à des proportions plus raisonnables.

Le modèle du tourisme héliotropique balnéaire est une invention commerciale qui nous a été martelée par la publicité depuis 60 ans. On vivait très bien et on était heureux sans également.

Le transport aérien moderne contribue considérablement à ce modèle consumériste.
Quelles proportions raisonnables ??
Interdire l'avion en déplacement loisirs ?
Ou une autorisation (de qui ? De Greenpeace ?) autorisant chaque déplacement ?

Tourisme balnéaire n'est pas si mauvais,
J'ai passé les étés de mon enfance sur une plage, des souvenirs merveilleux. Pourquou les autres n'y auraient pas le droit ?

Mais vous pouvez dire la même chose des stations de sport d'hiver.

Mais ce tourisme de masse fut accepté en Espagne car il a aidé au développement du pays dans les années 80.

Idem pour les sports d'hiver qui font vivre les zones de montagne.

Mais oui il y a un moment où il faut limiter l'accès pour que ce tourisme de masse ne devienne pas insupportable. L'initiative de la ville de Barcelone n'est pas mauvaise. Mais il serait judicieux d'intervenir avant en accompagnant au lieu de le faire une fois que le trop plein est atteint.

Mais j'ai du mal à vous comprendre.
Vous avez un position anti transport aérien sur ce forum, mais vous souhaitez établir des lignes sur certains aéroports...
Come on, let's fly
Répondre

Retourner vers « Compagnies aériennes d'Europe »